lundi 8 octobre 2012

Pays-Bas : Briefing : Ecoute des victimes de la traite sexuelle des enfants. (Fr)

Commission sur la Sécurité et la Coopération en Europe : US Helsinki Commission.

L'écoute des victimes de la traite sexuel impliquant des enfants.

Membres du Comité présents:
Représentant Christopher Smith (R-NJ);
Représentant Steve Cohen (D-TN)

Témoins:
"M. B ",
Rescapé de la traite des enfants à Amsterdam, Pays-Bas

Klaas Langendoen,
Ancien Chef du Service de renseignements criminels pour les Pays-Bas,
Private Investigator

Adèle van der Plas,
Avocat,
Bakker Schut & Van der Plas

L'audience a eu lieu en 2255 Rayburn House Office Building,
Washington, DC, Représentant Christopher Smith, CSCE Modération

Friday, Octobre 5, 2012


Transcription par
Nouvelles fédérale service
Washington, DC
REPRÉSENTANT CHRISTOPHER SMITH (R-NJ): La Commission présentera à l'ordre,
et je tiens à souhaiter à tous un bon après-midi et bienvenue à notre séance d'information sur
«À l'écoute des victimes de la traite sexuelle des enfants." Le trafic sexuel et de l'abus
des enfants est l'un des plus méprisables, les crimes violents sur le visage de l'
Terre, brisant les vies des victimes ainsi qu'à leurs familles, un crime
à partir de laquelle les victimes ne peuvent souvent pas se redresser. Et quand ils le font - et c'est
rarement - ils le font avec beaucoup de difficulté. Les trafiquants et les agresseurs s'appuyer sur
leur capacité à effrayer l'enfant dans le silence, ou la réticence des adultes
écouter quand les enfants parlent. Ils utilisent également leur propre réputation, debout
et / ou la puissance dans la communauté pour éviter d'être correctement allégations
considérée et étudiée.

Comme nous l'avons vu récemment dans le cas tragique Sandusky, les cas d'abus sexuel impliquant des enfants à
Penn State, de nombreux enfants victimes de violences sexuelles ne trouvez pas une façon de parler jusqu'à ce qu'ils
sont des adultes. Mais quand ils le font, et sont entendus, d'autres trouvent le courage de
se faire connaître, mettre les trafiquants et les agresseurs derrière les barreaux et la mise
fin à un cycle de vies brisées.

Il est impératif que le système de justice sera prêt à écouter les allégations et
pour bien enquêter sur les allégations, peu importe où ils seront ressuscités et aucune
Peu importe qui est accusé. Traite de cette année in Persons Report - et je voudrais
signale, en passant, que, en 2000, j'ai été l'auteur, l'auteur principal, de la
Protection des victimes de la traite loi, ainsi que deux réautorisations ultérieures
de la TPVA (sic), et l'une des dispositions de cette législation établie
le rapport annuel de TIP et les notes des pays soit Tier 1 à Tier 3.
Ce que le rapport TIP a noté que, bien que la loi - pour cette année - même si le
la loi aux Pays-Bas prévoit des peines maximales allant de huit à 18 ans
ans d'emprisonnement pour les personnes reconnues coupables de traite des êtres humains, et que
ces peines sont assez sévères et proportionnelles à celles
prescrit pour d'autres crimes graves, comme le viol, les lois ne sont pas
appliquées.

Selon le rapport, et je cite: «Les peines moyennes imposées aux
trafiquants condamnés ont continué d'être inférieure à deux ans "- 21 mois, à
exact - 21 mois pour détruire l'âme d'une femme et le corps dans l'asservissement en
un bordel. Neuf délinquants reconnus coupables de trafic reçu un service communautaire ou
une amende en guise de punition. Le chef d'un trafic de femme turque-allemande majeure
l'organisation a été condamné à sept ans et neuf mois d'emprisonnement pour
après avoir forcé au moins 120 femmes dans la prostitution. C'est juste un mois
prison pour la vie de tous détruits. Et, soit dit en passant, le tribunal l'a libéré sous caution
et, sans surprise, il a fui vers la Turquie, alors il n'est pas encore au service du
petite phrase qu'il a reçu. Cela me laisse sans voix. Qu'est-ce qui se passe ici?
Les tribunaux des Pays-Bas prennent traite des êtres humains au sérieux?

Cet après-midi, nous allons examiner comment et dans quelle mesure les allégations de
trafic et l'abus doit être étudiée. Nous allons le faire dans le cadre d'un
série particulière de cas dans lesquels des allégations très, très graves ont été
soulevée à l'encontre du secrétaire général au ministère de la Justice dans le
Pays-Bas, M. Joris Demmink. M. Demmink a été accusé par un témoin -
qui présentera aujourd'hui - d'avoir agressé sexuellement et violé le témoin lorsque la
témoin a été victimes de la traite dans un bordel à Amsterdam à l'âge de 15 ans. La
enquête sur ces accusations a été soudainement et inexplicablement arrêtée, et
responsables de l'application des lois impliqués auraient été tenus au secret. M.
Demmink a été accusé par deux garçons turcs, maintenant adultes, de les avoir violées
en Turquie entre 1994 et l'an 2003. À l'époque, les garçons étaient de 11 et
14, au moins un d'entre eux était sans-abri, et digne de confiance du policier turc
qui a apporté à M. Demmink. L'autre aurait été enfermé dans une chambre d'hôtel
avec M. Demmink, qui l'avait agressé sexuellement.

Les allégations sont choquants et horribles. M. Demmink a le droit d'être
présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité soit établie par un tribunal de droit, et c'est une sacrée
juste que je suis sûr que nous voulons tous protéger. Dans le même temps, les allégations,
pris dans leur contexte, sont crédibles et méritent d'être correctement
enquête, de sorte que le procureur peut prendre une décision responsable s'il ya lieu de
poursuivre l'affaire contre M. Demmink. Cette enquête n'a jamais
qui s'est passé. Les enquêtes qui ont eu lieu ont été une véritable parodie et
n'ont rien fait pour effacer le nom de M. de Demmink, mais plutôt, ils ont amassé plus
questions.

Hier, les Pays-Bas ministre de la Sécurité et de la Justice, M. Opstelten,
a écrit au parlement néerlandais concernant cette affaire et indiquant les mesures prises
par le ministère de la Justice en ce qui concerne les allégations contre M. Demmink.
La lettre déclare et je cite: «La nature du travail de M. Demmink du justifie une
degré de vigilance ", entre guillemets. Je ne pouvais pas être plus d'accord. Le fait que
M. Demmink est le secrétaire général du ministère de la Justice, le très
entité chargée d'enquêter sur les accusations portées contre lui, devrait signifier que le
enquête sur les allégations a été l'un des plus rigoureuse, transparente
et bien documentés enquêtes jamais menées par les Pays-Bas. Pas
ne sont ceux qui font des allégations littéralement prendre sur le marché néerlandais de la justice
système, en personne, en la personne d'un de ses hauts fonctionnaires, mais le
réputation du ministère de la Justice lui-même est sur la ligne.

Malheureusement, l'enquête était loin d'être exhaustive, transparente ou
bien documenté. Les allégations très graves n'ont jamais eu la courtoisie de
une enquête criminelle, apparemment parce que M. Demmink de créances et les Néerlandais
ne peuvent pas réfuter avec leurs propres dossiers que M. Demmink était en Turquie dans le
Des années 1990. Maintes et maintes fois, le ministre de la Justice lettre à la hollandaise
États parlement qu'il n'y avait pas lieu d'ouvrir une enquête criminelle.
Avec tout le respect dû à la justice - Néerlandais ministre de la Justice, il s'agit d'une tacite
l'admission qu'une enquête approfondie n'a jamais été entrepris. Il fait
la justice - Néerlandais ministère de la justice regarde un peu comme une autruche avec son
la tête dans le sable. Le gouvernement néerlandais reconnaît volontiers qu'il n'a jamais tant que
interrogé l'un des deux victimes présumées pressants charges, Mustafa (sp) et un
troisième victime, qui est venu avant, Yacine (sp), qui n'a jamais été
interrogés - a d'ailleurs jamais été interrogés.

Par ailleurs, l'enquête néerlandaise sur s'il devrait y avoir un vrai criminel
enquête n'a jamais interrogé le policier turc, Mehmet Korkmaz, qui
admet que dans les années 1990, il a enlevé les garçons pour M. Demmink de l'agresser sexuellement.
 N'a pas non plus l'enquête néerlandaise parler à l'ancien chef de police de
Istanbul, Necdet Menzir, qui contredit aussi M. de Demmink - M. Demmink, et
déclare que M. Demmink était en Turquie dans les années 1990, et que ses officiers étaient
attribué pour le protéger. L'enquête n'a néerlandais de savoir s'il ya
si une enquête criminelle parler à Huseyin Celebi, le turc supérieurs
officier du renseignement qui, en 2006, a écrit un rapport sur les déplacements de M. Demmink à,
et les diverses activités de la Turquie, au cours des années 1990 et début des années 2000, et
qui dit également que M. Demmink utilisé des alias d'entrer et de sortir de la Turquie.

Je vis un long chemin et de travailler loin de les Pays-Bas, et ne prétendent pas
expertise dans les détails du système de justice néerlandaise. Mais franchement, à mon
point de vue, je dois vous demander, comment une enquête préliminaire n'est pas une entrevue
les victimes ou les témoins clés, puis prétendent qu'il n'y a pas matière à enquête?
Si M. Demmink est coupable de ces accusations portées contre lui, nous
ne peux pas dire. Mais je vais dire ma conviction que les accusations portées contre lui
ne sera pas résolue sans une enquête effective et approfondie criminelle sur
les allégations soulevées par les victimes et soutenue par le gouvernement turc
fonctionnaires. Les Pays-Bas doit aux garçons qui ont été gravement
lésés par M. Demmink. Et aux Pays-Bas doit à M. Demmink lui-même,
dont le nom a été poursuivi par - brusquement interrompue par et grossièrement incomplète
enquêtes depuis plus d'une décennie. M. Demmink lui-même clame son innocence.
 S'il est innocent, il veut cette enquête pour aller de l'avant afin qu'il puisse
blanchir son nom. Donc, je fais appel à lui pour déclarer publiquement sa propre demande, à un
enquête soit menée.

Je voudrais maintenant vous présenter nos témoins très distingués pour aujourd'hui
briefing, puis leur demander de procéder. Nous commençons dans l'ordre avec BVW, qui est
une victime de la traite sexuelle des enfants, pornographie impliquant des enfants, et les pédophiles. Il
identifié Demmink Joris comme un homme qui avait agressé un enfant et était le principal
témoin de donner détail d'un anneau de pédophilie dans l'affaire Rolodex. Ce fut le
menant enquête sur un réseau pédophile du rang le plus élevé
les politiciens, les fonctionnaires et les responsables influents du gouvernement et des affaires
aux Pays-Bas, qui comprenait Joris Demmink, aujourd'hui secrétaire général de l'
le ministère néerlandais de la Justice. Son visage doit rester caché en raison de la très
informations provocateur et dommageable qu'il est au courant, et en ce qui concerne la
courtiers d'énergie significatives aux Pays-Bas et en raison de menaces.

Nous entendrons ensuite Mme Adèle van der Plas, qui a passé les trois dernières
décennies comme un avocat en droit pénal néerlandais. Avant cela, elle a enseigné
droit pénal à l'Université d'Utrecht. Adele est un élément de la
Conseil de surveillance de l'Association du Barreau d'Amsterdam, et en tant que - dans un pro bono
titre, elle a travaillé sans relâche au fil des ans, la lutte contre les injustices et
partialité de la justice contre les abus contre le système. Adele est un ardent défenseur
pour les enfants et apporte une précieuse sensibilisation au trafic sexuel en Hollande,
qui, selon l'Organisation des Nations Unies, est l'une des 10 premières destinations des
traite des êtres humains.

Nous entendrons ensuite Klaas Langendoen, qui est le chef de procédure pénale
Intelligence - l'ancien chef des services de renseignement criminel pour l'
Pays-Bas. Aujourd'hui, Klaas est un cabinet privé et - travaux à huis clos
pratique comme un chercheur indépendant. En sa qualité de chef, il a été
que l'enquêteur principal à la mission IRT, où il (combattre?) médicament
le trafic de drogues illicites et de contrebande dans les Pays-Bas.

Et puis enfin, nous allons entendre Samantha Healy Vardaman, qui est le chef de file sur
questions de politique partagée pour Hope International, la coordination des efforts de plaidoyer pour
encore la protection des victimes de trafic sexuel. Et je tiens à souligner
entre parenthèses, avec lequel cette commission, et moi personnellement, avec mon
Sous-comité sur les droits de l'homme et de la commission des affaires étrangères, dont je suis également
une chaise, ont travaillé sur la législation au fil des ans afin de s'assurer que nous avons le
outils aux États-Unis, dans nos lois, pour lutter contre ce crime odieux d'
la traite des personnes. Donc, je suis très, très reconnaissant pour son travail et pour la
le leadership qu'elle a démontré toutes ces années.

Après avoir dirigé programme d'état de droit en Moldavie pendant trois ans, dans laquelle l'homme
les questions de traite souvent figuré en bonne place, Samantha a rejoint Espoir à deux
International en Juillet '05 pour diriger le projet traite des Marchés,
résultant en un rapport de recherche et documentaire intitulé «La demande», ce qui
compare les marchés trafic sexuel dans quatre pays: la Jamaïque, le Japon, la
Pays-Bas et aux États-Unis. En 2006, elle a commencé à diriger une durée de trois ans
projet de recherche dans des endroits fragiles dans le trafic sexuel des Américains et
résidents permanents légaux, les mineurs, aux Etats-Unis, financé par US
Ministère de la Justice, Bureau des programmes de justice et le Bureau de la Justice
Assistance. Je voudrais simplement faire remarquer que nous, aux États-Unis, prenez une
banquette arrière à personne, et tandis que nous regardons d'autres pays, nous nous regardons.
 Et le rapport TIP cette année, comme dans certains des précédents, les taux de même la
États-Unis comme il le fait dans d'autres pays dans un contexte de ce que nous
appelez normes minimales, d'abord développé en 2000, puis actualisé en permanence
au fil des ans. Nous voulons que toutes les victimes protégées, que ce soit aux États-Unis
États-Unis, aux Pays-Bas ou ailleurs dans le monde.

Nous sommes rejoints par membre Classement (Cohen?), Qui - excusez-moi de vous mettre à droite sur la
place, voulez-vous y retourner - pour tout commentaire qu'il pourrait avoir avant d'aller au
notre premier témoin.

 REPRÉSENTANT Steve Cohen (D-TN): Merci, monsieur le président. Je vous remercie
votre appel de cette réunion sur ce sujet, c'est tellement, tellement, tellement important.

L'idée de la traite des enfants est en cours depuis un certain temps, mais il est
porté à l'attention du public tout récemment d'une manière flagrante. Je pense que le
monde est plus conscient que jamais, et nous devons faire tout notre possible aux États-Unis
États et tout au long de l'OSCE et du monde, pour y mettre fin. L'idée d'
la liberté de quelqu'un est pris d'eux est la chose la plus abominable que je pense
on peut avoir leur arriver. Et pour les enfants d'être séparés de leurs parents
et d'être utilisé comme une marchandise est si immoral que l'attention du monde devrait
et est venu sur elle. Mais les ressources de la planète devrait également venir sur, et nous
devrait nous engageons à faire tout notre possible pour nous débarrasser de cette décadence que
est au sein de notre société mondiale. Et je suis reconnaissant au président de
programmer cette audition importante, et attendons avec impatience le témoignage de l'
témoins.

Merci.

REP. SMITH: Je vous remercie, monsieur Cohen. Je voudrais maintenant - M. B., si vous pouviez
procéder.

MR. B.: Je vous remercie beaucoup.

À l'âge de 14 ans, je me suis enfuie de la maison suite à un traumatisme de mes parents qui divorcent
et la misère que j'avais rencontré à l'école et à la maison. J'ai pris le train
avec la destination d'Amsterdam, pensant que j'allais trouver un emploi et de créer un
vie. À l'arrivée à la gare centrale, j'ai été approché par un homme qui
m'a offert un endroit pour rester. Le lendemain matin, je me suis réveillé sans aucune
vêtements, et ils prenaient des photos nues de moi. Je lui ai demandé ce qu'il était
allez faire avec ces photos. Il a dit qu'il allait les envoyer à mes parents si
Je ne voulais pas faire ce qu'il voulait. Il m'a parlé de bordels où les jeunes garçons
travaillé. J'ai été alors introduit le même jour dans un bar, j'ai été présenté à un homme
qui avait un bordel pour les jeunes garçons. J'avais peur de dire non, et j'étais très jeune
et innocent. Le propriétaire de la maison close m'a forcé à travailler dans ce garçons bordel
où plus de jeunes mineurs travaillé. Ils étaient tous les mineurs mineurs âgés
du 14 au 18, à partir de différentes parties de l'Europe. Tous les clients qui sont venus à
ce bordel étaient des pédophiles. Tous les garçons qui travaillent, ils ont reçu des médicaments et
alcool. Après un certain temps, c'était la routine quotidienne des sexe, la drogue et
alcool.

En outre, nous avons été loué pour des services d'escorte à des clients privés et
parties. La même personne qui a couru la maison close - qui dirigeait la maison close - a également fait
films de pornographie juvénile. J'ai joué dans trois de ces films. Je savais aussi
personnes qui ont fait snuff movies. On m'a offert d'énormes sommes d'argent pour effectuer -
ouais. On m'a offert d'énormes sommes d'argent pour effectuer dans l'un de ces films, mais
refusé, en raison de ce que, à la fin de la - de ces films, l'acteur est
tués.

Comme escorte, j'ai travaillé pour le propriétaire du bordel même et travaillait dans un bar appelé
le Bar du Festival, où j'ai rencontré le professeur van Roon. Professeur van Roon était le
l'homme qui m'a fait découvrir Joris Demmink. Nous étions assis à une table et il a dit
que je devais aller à l'extérieur pour répondre Demmink Joris dans sa voiture. Joris a voulu
avoir des relations sexuelles anales avec moi, et j'ai refusé. Je ne le sexe oral avec lui. La
deuxième fois que nous nous sommes rencontrés, il m'a demandé d'aller avec lui pour la maison à Den Haag,
Riouwstraat 13. Je n'ai pas envie d'aller avec lui, comme on nous a interdit de quitter
la ville d'Amsterdam par notre proxénète.

En 1998, il y avait une vaste enquête sur un réseau de pédophilie à Amsterdam
et La Haye. J'ai été approché par plusieurs unités d'enquête de la police pour aider à
à l'enquête. Je suis devenu le témoin clé de l'enquête. J'étais
bénéficier d'une protection policière. Pendant ce temps, j'ai dit à mon ensemble de la période en
Amsterdam dans la pornographie enfantine et le commerce sexuel des enfants.

Cette enquête a été appelée l'enquête Rolodex, et le Professeur van Roon
était un suspect clé dans cette enquête. Il avait un Rolodex, une sorte de carte
fichier, de divers hauts fonctionnaires néerlandais qui étaient ses clients et amis.
 J'ai accompagné le professeur van Roon sur les voyages vers la Pologne, mais je ne sais pas ce qu'il
faisait là. Peut-être qu'il était à la recherche pour les garçons pour ses clients. Il était un
courtier d'enfants à des pédophiles dans son réseau.

Après mon - après ma période à Amsterdam, j'ai vécu dans des endroits différents dans le
Pays-Bas. J'ai aussi vécu à La Haye, où une tentative de me tuer a été faite. Je
a été tiré à trois reprises. Après cela, j'ai vécu sous terre et a essayé de se cacher, comme
l'enquête Rolodex a été tué et jamais poursuivi. En outre, j'ai été
demandé de collaborer à une émission de nouvelles TV hollandaise, d'enquêter et de Demmink
hauts pédophiles. Ce spectacle n'a jamais été diffusé.

Tout au long de mon temps dans l'industrie du sexe des enfants et après, j'ai été victime de violence,
rejetée, violées, des tirs, a menti, et traités comme la saleté. Ma vie a été ruinée.
Je dois subir à long terme des traitements psychologiques, y compris la très forte
traitement antidépresseur. Ma relation avec mes deux enfants et sa femme a
souffert intensément.

Je voudrais poser la question suivante: aider à apporter Demmink à la justice et à son entière
réseau de pédophiles influents. Ceux qui ont abusé de moi et beaucoup d'autres comme
moi-même devraient être traduits en justice et punis s'ils sont reconnus coupables. Ramenez la
primauté du droit dans les Pays-Bas, s'il vous plaît aider à protéger mon identité, parce que je
toujours peur pour ma vie. Je sais pas trop qui sont les pédophiles. Merci
vous de votre temps.

REP. SMITH: MR. B, je vous remercie beaucoup pour votre courage extraordinaire pour
venir ici aujourd'hui dans la douleur et l'agonie que je vois sur votre visage et entendre dans
votre voix. Je ne peux pas dire assez combien nous vous souhaitons bien et que vos appels, mon espoir,
ne restent pas lettre morte. Et nous ferons tout en notre pouvoir en tant que commission,
parce que si nous ne faisons rien d'autre qu'une commission, il s'agit de la protection de l'
victimes, et donc, encore une fois, je tiens à vous remercier pour votre courage extraordinaire pour
être ici cet après-midi.

MR. B: Je vous remercie.

REP. SMITH: Je voudrais maintenant demander à Mme Van der Plas si vous souhaitez continuer.

VAN DER PLAS ADELE: (. Hors micro) Vous m'entendez? Mieux? Oui? Un peu
plus, OK?

REP. SMITH: Oui. Merci.

MS. VAN DER PLAS: Je vous remercie. Tout d'abord, je tiens à remercier votre commission
pour l'invitation à vous informer sur quatre cas de maltraitance, nous travaillons sur des
tant d'années déjà. Je me représente deux témoins turcs qui ont violé -
qui ont été violées et abusées sexuellement quand ils avaient 11 et 14 ans. La
agresseur était, selon mes sources, le gouvernement néerlandais de haut rang
officielle de nos jours, le secrétaire général du ministère de la Sécurité et de la Justice en
les Pays-Bas, M. Joris Demmink. Je représente également B, qui est présent aujourd'hui,
et déjà donnait un témoignage auprès de vous. B a été victime de la même Néerlandais
haut fonctionnaire, M. Demmink, à un moment que lui, un jeune garçon de 14
ans, a été forcé de travailler dans une maison close. J'ai été informé des crimes
commis par M. Demmink en Turquie par des sources officielles turques. Ils ont informé
moi que M. Demmink, en 95, a été pris en flagrant délit de relations sexuelles avec des mineurs en Turquie
alors qu'il assistait à une fête à Bodrum.

Lors de cette fête, les mineurs ont été abusés - victimes d'abus sexuels, et l'un des garçons a essayé
à s'échapper et a suscité beaucoup d'émotion (sic) qui a la police.
M. Demmink a ensuite été arrêté, selon mes sources, et par la suite
libéré, après quoi son dossier pénal a été utilisé dans - de faire chanter le néerlandais
autorités à prendre des mesures dans une affaire contre un militant kurde qui, à l'
temps resté aux Pays-Bas. Je suis également l'avocat de cette kurde
homme d'affaires nommé M. Baybasin. Les deux bien documentées que des accusations criminelles
ont été déposées contre M. Demmink par les deux turc, Osman et Mustafa, étaient
jamais enquêté, selon Néerlandais procédure d'enquête pénale. La
en va de même pour les plaintes pénales déposées par mon autre client, M. Baybasin,
contre M. Demmink. La victime, qui est présent aujourd'hui, B, c'était en 98 clés
témoin dans la soi-disant "Rolodex" enquête, mais ni sa déclaration
jamais donné lieu à une enquête. Jamais donné lieu à une enquête ou des poursuites ou
condamnation des auteurs réels, les clients de haut rang, les Pays-Bas
super-élite des bordels de nombreux mineurs dans notre capitale, Amsterdam, lors de la
temps.

La question se pose, monsieur le président: ce qui se passe aux Pays-Bas? En
2012 Rapport sur le trafic d'êtres humains, vous avez reconnu aux Pays-Bas comme une cravate
le statut de pays r1 en pleine conformité avec les normes minimales de lutte contre la
la traite des personnes, et mon expérience dans les quatre cas que je représente est
complètement différent. Responsables gouvernementaux de haut rang et des hommes politiques dans le
Pays-Bas semblent former une élite privilégiée qui sont au-dessus de la loi quand ils
mineurs abusent sexuellement et ne sera jamais arrêté, jugé ou condamné. En
2000, le Guardian, il ya 12 ans, décrit dans un article très bien informé,
les Pays-Bas et surtout d'Amsterdam comme un paradis pour les pédophiles, où
la police semble impuissante à agir, et nous comprenons maintenant pourquoi. Dans 98 à
Amsterdam enquête policière, B parlé, appelé «l'affaire Rolodex", était
menée sur un réseau pédophile d'influents clients néerlandais de garçons
bordels.

L'enquête a ciblé les hauts fonctionnaires et les politiciens néerlandais
soupçonné d'avoir abusé de jeunes achète dans les bordels d'Amsterdam. En tant que victime, B est l'un
- Ce qu'il a dit - des principaux témoins dans cette enquête. L'un des
suspects dans cette enquête était M. Demmink, mais selon menant
Les enquêteurs qui m'ont dit que les enquêteurs principaux - dans ce cas, selon
pour eux, dès que Demmink est devenu une personne d'intérêt dans cette affaire, le
enquête a été arrêté. Informations sur les actions envisagées par le
la police enquêtant a été divulgué. Un policier qui a travaillé sur cette enquête
dit qu'il est arrivé à l'endroit et l'intermédiaire de ce réseau,
Professeur Varon (ph), attendait l'équipe de police, et sans surprise,
toutes les preuves vidéo manquait et toute communication téléphonique entre le
suspects - qui a été enregistré avant - s'est soudainement arrêté. Application de la loi
fonctionnaires sur l'affaire ont été contraints de signer des accords de non divulgation et étaient
tenus au secret en ce qui concerne toutes les informations relatives à l'implication des
Demmink et d'autres hauts responsables de ce comportement choquant.

Notre Secrétaire d'Etat de la Justice actuel, Fred Teeven, directement sous la
ministre de la Justice, était l'un des procureurs de premier plan dans ce Rolodex
enquête. En 2007, il a exprimé sa frustration au sujet du blocage de l'
enquête lors d'une audience fermée sous serment. Il a ensuite dit à la cour
que cette enquête effet ciblé de hauts représentants de l'
Gouvernement néerlandais - parmi eux, les procureurs - qui ont été abusé sexuellement de mineurs.
Il a également déclaré sous serment devant le tribunal, que cette enquête n'a jamais abouti
à la poursuite de ces suspects en raison de certaines actions contre. 2007, il
a déclaré que, sous serment, et quand une publication néerlandaise dans le Gay Krant accusé
M. Demmink en 2003 d'être impliqué dans l'abus de garçons mineurs dans un parc
le sud des Pays-Bas, le journal - Gay Krant pour (homophile?)
personnes - le journal a été forcée de retirer ses accusations sous la menace d'
la faillite par l'avocat de Demmink.

Le rédacteur en chef du Gay Krant, Krol Hen, à l'heure actuelle membre du parlement dans le
Pays-Bas, a été racontée par Demmink en séance privée directement après - directement
après que lui, Demmink, en effet a eu des relations sexuelles avec de jeunes garçons sans leur demander leur
âge. Mais laissez-Demmink Krol savoir au cours de cette même réunion, rappelez-vous bien, monsieur le
Krol, que nous sommes ceux qui font les lois dans ce pays.

En 2008 et 2010, j'ai déposé trois bien documentés des accusations criminelles contre M.
Demmink au nom de mes clients turcs, Osman et Mustafa, pour le viol et
abus de mineurs de moins de 16 ans. Les accusations criminelles déposées par Mustafa
contre Demmink n'ont jamais vraiment été étudiée. Les autorités néerlandaises
a rejeté les allégations après avoir exigé que Mustafa devait d'abord se rendre à
les Pays-Bas officiellement répondre à leurs questions. Mais en attendant, le garçon
a été fortement menacés et maltraités en Turquie. Sa langue a été coupé avec une lame de rasoir
lame - vous devez fermer votre bouche - dans un effort pour (squelch?) son
plaintes. Le garçon a été approché par le chef de la police, puis de haut rang, Emin
Arslan en Turquie, qui lui a offert une bonne vie au cas où il a retiré ses accusations
contre Demmink. Si non, la vie de l'enfant doit être détruite, alors ils l'ont dit.
Le garçon avait peur de la mort, mais jamais retiré ses accusations contre
Demmink. Il a eu son expérience en Turquie, où vous n'avez pas le droit de
devant ces hauts fonctionnaires, et à la suite de ce qui s'est passé à
Mustafa, j'ai demandé au procureur néerlandais pour organiser responsable de la sécurité pour Mustafa
lors de son séjour aux Pays-Bas pour faire sa déclaration. J'ai également demandé au
Néerlandais procureur de permettre à son avocat d'être présent lors de l'interrogatoire de police,
et ces demandes ont donc été refusé, malgré les expériences terrifiantes
Mustafa a traversé.

Mustafa n'a pas voyagé en Hollande pour répondre aux questions sur ses accusations
Demmink contre, à la suite de cela, mais il a offert à plusieurs reprises de répondre
toutes les questions que la police et les procureurs néerlandais pourriez encore avoir en Turquie dans un
audience enquête officielle. Mais une telle enquête n'a jamais eu lieu.

Le deuxième garçon turc, Osman, s'est rendue au Pays-Bas, où il était - aussi
un de mes clients - où il a été interrogé par les enquêteurs néerlandais dans
Février 2011. Cependant, une enquête criminelle approfondie n'a jamais été initiée
dans ce cas non plus. Cinq témoins - et monsieur le président (? Actuel) a parlé
il a déjà - ayant une connaissance directe de ce crime étaient en attente en Turquie
être interrogé par les procureurs néerlandais, mais ils ont été ignorés jusqu'à présent. La
Turc Mehmet Korkmaz policier, qui était responsable de la sécurité Demmink au cours de la
visites du Secrétaire général en Turquie et qui a depuis admis enlèvement
garçons mineurs pour Demmink à des abus, offert - il a offert de se faire entendre par le néerlandais
la police en Turquie, en dépit des risques pour sa sécurité personnelle. Aucun membre de l'
Pays-Bas jamais communiqué avec lui. Son témoignage peut être vu sur la vidéo sur notre
site web et j'ai pensé sera présenté ici aussi pour certains fragments sur elle.

Et c'est la même chose pour l'ancien chef de la police d'Istanbul, Necdet Menzir.
Il a également était prêt à témoigner au sujet des visites Demmink vers la Turquie dans les années 90 et
le fait que ses officiers de police ont reçu l'ordre de protéger Demmink. Personne n'a jamais
pris contact avec lui, non plus. Par la suite également l'offre d'un troisième garçon turc,
Yacine, qui a dit avoir été agressée sexuellement par Demmink à cet événement Bodrum
en 95, aussi il a été ignoré par les autorités néerlandaises.

En dépit de cette énorme quantité de témoins disponibles primaires, les criminels
accusations portées par Osman et Mustafa jamais conduit à un criminel officielle
enquête telle que définie dans le Code de procédure pénale néerlandais. La
procureurs ont persisté qu'il n'y avait pas suffisamment de terrain pour appeler M. Demmink un
suspects et d'ouvrir une enquête officielle pénale dirigée contre elle. Seule une
soi-disant enquête exploratoire a été menée, et ce n'est pas encore en vigueur
 dans le Code de procédure pénale néerlandais. Et sans un criminel officielle
enquête fondée sur le Code de procédure pénale néerlandais, les mains »de l'
procureurs ont été complètement liée », selon ses propres mots à M.
Langendoen et moi, dans une réunion.

Sans un suspect officiel et une enquête officielle pénale, le
procureurs n'avait pas le pouvoir de se rendre en Turquie pour interroger le
témoins disponibles et à enquêter correctement les données de Demmink officielle de
et non-officielles voyages dans les années 90. Aux Pays-Bas, où il ne
prend une dénonciation anonyme d'initier non seulement une enquête criminelle, mais aussi
actions de la police comme l'arrestation et perquisition, la réaction du procureur
011 Cette matière ne peut être appelé tout à fait absurde.

Au lieu d'effectuer ses propres recherches, le bureau du procureur a simplement
pris pour alibi accordé Demmink selon laquelle il n'a jamais visité la Turquie depuis '87. A
Journaliste de recherche néerlandais, cependant, qui a demandé au ministère de la Sécurité et
Justice à fournir avec toutes les dates de leur voyage de haut rang
fonctionnaires dans les années 90, lui a dit que les documents de voyage de plus de
cinq ans a été détruit. C'était en Février 2012. C'est pourquoi la finale
conclusion du procureur en cas d'Osman en Février 2012 était qu'il ne pouvait
ne sera confirmée que Demmink s'est rendu en Turquie dans les années 90. C'est pourquoi ils
refusé une enquête plus approfondie.

En outre, les autorités turques ont fui les documents prouvant que,
malgré ses dénégations, Joris Demmink effectivement entrer en Turquie dans les années 90.
 À l'époque, M. Demmink était directeur général des affaires internationales de l'
Le ministère néerlandais de la Justice. Et en tant que membre du comité de l'Union européenne K4,
il était surtout responsable du conflit kurde-turc. Même sans
les documents turcs que nous avons reçues, il est inconcevable pour les Néerlandais la revendication
qu'un fonctionnaire de haut rang européen avec fonctions spécialement mis l'accent sur la Turquie
conflit avec les Kurdes n'auraient pas visité la Turquie au cours des années 90. Que
serait l'équivalent d'un ambassadeur américain de la Turquie, basé à Washington qui
jamais visité la Turquie. En plus de cela, c'est un fait que les autorités néerlandaises, qui
copie reçue de la liste des dates de voyage turc de M. Demmink n'a jamais fait de
afin de vérifier le statut de ce document en Turquie elle-même ou à des dates d'entrée
il mentionne.

Les dates de voyage de Joris Demmink sont stockés dans les ordinateurs de la
les agences de renseignement en Turquie. Plusieurs sources ont confirmé qu'ils avaient vu
cette information, pour moi. Les dernières informations confirmant Demmink de
les dates du voyage, nous avons reçu du bureau du procureur turque de Diyarbakir, dans
Région kurde. Ce bureau a commencé aujourd'hui une enquête contre Demmink
et deux de ses alliés turcs corruption et l'abus des enfants, l'ancien
ministre de l'Intérieur, Mehmet Agar, et l'ancienne police et de renseignement
chef, Emin Arslan, qui était l'une Mustafa menaçant après le dépôt de sa
la première charge pénale. Un des premiers résultats de la récente criminelle turque
enquête est que Demmink utilisé trois différents alias pour entrer en Turquie à
le temps.
La validité des dates de voyage Demmink vers la Turquie sont également confirmées par des sources
y compris le rapport de l'EK Huseyin supérieur du renseignement officielle turque
Celebi. J'ai donné votre commission le présent rapport.
Celebi se présente dans sa lettre du Février 2010 en tant que Turque
responsable du renseignement qui a écrit le rapport EK en 2006 pour informer le plus élevé
militaires, les responsables au niveau politique et juridique en Turquie. Dans ce - dans son
rapport, il a été le premier à révéler ce qui ne Demmink, voyager en Turquie au cours
milieu des années 1990, et la façon dont ces actes criminels ont été utilisés pour faire chanter l'
Pays-Bas afin de forcer la poursuite et la condamnation de la question kurde
Baybasin militant pour des crimes inexistants, avec l'aide de téléphone falsifié
enregistrements.
Dans son rapport EK, Celebi a écrit, littéralement: Demmink a également participé à
les parties pédophiles similaires de pédophilie - partis en Turquie. Parce qu'un coup est parti
au cours d'un parti à Bodrum en 95, la police est arrivée. Joris Demmink, qui
a été particulièrement occupé de l'affaire à l'encontre Baybasin aux Pays-Bas,
visité la Turquie, dit-il, en tant que touriste en 95 et d'une rencontre internationale
à Antalya en Juin '96. Et en plus, il écrit la lettre, il est entré et
ont quitté la Turquie dans les années '97 '98, '99, 2000, 2001, 2002, 2003, et dans la plupart des
les cas, il s'essuya les pistes. Ces renseignements sont recueillis par un fonctionnaire et
services de renseignement spéciaux, Celebi écrit. Il est également connu, dit-il,
il entra en Turquie sous des noms différents.
Le parquet néerlandais, monsieur le président, n'a jamais enquêté sur les sources de
le rapport EK soit. Cela est surprenant car l'information de l'EK
rapport est confirmée dans un vieux document du ministère de la Justice dans le
Pays-Bas lui-même, qui est dit - et c'était dans le document de 97 - dans
ce document est dit que le cas Baybasin est utilisé comme levier pour
faire quelque chose par les autorités turques dans une autre affaire. Il est très
effacer. Et il a dit que le fonctionnaire responsable dans cette affaire était Joris
Demmink, 97.
La première réaction du ministère public sur le rapport EK était, pour moi,
qu'à son avis - et je n'ai tout enregistré sur la correspondance - sa première
réaction était qu'à son avis, Huseyin Celebi, l'officier du renseignement, était un
inexistante personne. Huseyin Celebi a ensuite écrit sa lettre de Février 2010,
accompagné d'une photo de lui en compagnie d'un turc de haut rang
politique du parti au pouvoir turc AK, les autorités néerlandaises, offrant
eux - Celebi - pour répondre à leurs questions au sujet de son rapport et
accusations. De plus, cette offre a ensuite été ignoré par le public
Bureau du Procureur.
Tous ces faits conduisent à une seule conclusion. Les accusations criminelles déposées par le
deux garçons turc Mustafa Osman et contre Demmink n'ont jamais été étudiées.
Les déplacements des Demmink dans les années 90 n'ont jamais été examinés. Aucun des
témoins présentés en Turquie ont été entendues. Pendant l'enquête, l'orientation
Demmink simplement maintenu sa position en tant que plus haut gradé officiel de la
Ministère de la Sécurité et de la Justice des Pays-Bas. Et sur la base de cette
non ¬ enquête criminelle existante, les accusations pénales turques contre
Demmink ont ​​été rejetées par le procureur néerlandais. Il semble y avoir une complète
répétition de ce qui s'est passé dans l'enquête Rolodex en 98.

En ce moment je prépare un recours contre la décision de la Hollande
Bureau national des poursuites de ne pas poursuivre Demmink pour les crimes commis
en Turquie et aux Pays-Bas contre mes clients Mustafa, Osman et Baybasin.
Je suis toujours en attente d'une copie promise du dossier officiel de la République turque
procureur qui a recueilli les dates d'entrée de Demmink de l'autre
autorités de la Turquie dans les années 90 dans les années nonante et les alias utilisés lors qu'il
il entra en Turquie, Demmink. Mais selon mes sources turques, il ya
une pression considérable exercée sur les Turcs par les Hollandais de ne pas révéler la vérité.

Une question importante à garder à l'esprit est que les médias n'ont pas été très
l'appui à l'information du public néerlandais sur cet horrible, horrible histoire.
La plupart des grands médias traditionnels ont encore rien écrit depuis plusieurs années
sur Demmink. Ce week-end sans doute un grand journal national est enfin
va publier de nouveaux éléments sur Demmink et autres victimes. La puissance
élite au sein du gouvernement, nous dit-on, ont - a muselé les grands éditeurs
de ne pas écrire cette histoire.

Je suis né et éduqué aux Pays-Bas. Je suis fier des valeurs de
la démocratie et la primauté du droit qui régissent notre société. Je suis ici parce que certains d'
nos fonctionnaires principaux semblent avoir détourné notre système, abusant de tout leur
pouvoir officiel pour dissimuler leur comportement laid vers les jeunes et les autres.
 Et c'est terrifiant. Personne ne devrait être au-dessus de la loi quand il abuse sexuellement
mineurs ou abuse de sa position officielle du gouvernement pour couvrir cette place. Nous ne
recherche de la justice, que les gens viennent au tribunal. Et nous demandons à votre commission aider
et des conseils pour atteindre cet objectif.

En conclusion, je voudrais vous demander deux choses: Le Département d'Etat
doit retirer le statut de Tier 1 aux Pays-Bas, car ils ne le méritent pas
aussi longtemps que ce qui se passe. Et d'autre part, la Commission d'Helsinki des États-Unis
Département d'État devrait exercer une pression maximale pour avoir les dates officielles
publié qui prouvent que Demmink était en Turquie dans les années 90 ainsi que d'autres
des preuves convaincantes dans les mains des autorités turques; je sais qu'ils ont
comme une vidéo qui en est faite à violer l'un des garçons turcs et utilisé comme
chantage envers les Pays-Bas.

Merci de votre attention.

REP. SMITH: Merci beaucoup, madame van der Plas, pour votre très vaste
témoignage.

Je voudrais maintenant vous présenter notre troisième témoin très distingué, l'ancien chef
du Département néerlandais de renseignement criminel, qui s'est spécialisé dans, comme il
souligne dans sa déclaration, dans les grandes affaires concernant le crime organisé. M.
Langendoen.

KLAAS Langendoen: Monsieur le président, membres du Congrès, le personnel du Congrès
membres, je tiens à vous remercier pour votre enquête nature (sic) d'être ici aujourd'hui
pour expliquer mes conclusions dans une affaire très délicate.

Environ neuf ans, j'ai été approché par le cabinet d'avocats Bakker Schut &
van der Plas, qui m'a demandé de mener une enquête indépendante, objective
dans le cas de leur client, M. Huseyin Baybasin. L'enquête avait pour
examiner les prétendues manipulations des écoutes téléphoniques par le gouvernement néerlandais, qui, dans le
- Qui dans le cas turc contre Baybasin ont été utilisés, aussi bien que possible
chantage par le gouvernement turc de membres du département de la justice néerlandaise
aux Pays-Bas.

Au début de ma recherche indépendante et objective, je me demandais si l'
théorie de la firme loi n'était pas un conte de fées non-sens de fées. Je songeai que ce -

Oui, oui.

Je songeai que ce niveau de corruption ne pourrait jamais se produire dans mon pays, où
J'ai travaillé si dur pour la lutte contre le crime organisé.

J'ai mis en place ma recherche basée sur la prémisse que la théorie du cabinet d'avocats était
fausse. J'ai essayé de le prouver. Cette méthode est appelée le fardeau inversé
de la preuve. S'il n'y a aucune preuve de la fausseté de la théorie, la théorie
est correcte. La recherche que j'ai fait aux Pays-Bas m'a prouvé qu'il était
possible de manipuler l'écoute électronique et permettant également des personnes innocentes se trouvent
coupable. J'ai complété mes recherches aux Pays-Bas avec le résultat que d'une
certain nombre d'experts scientifiques ont étudié les résultats obtenus.

Finalement, le ministère de la Justice néerlandais a engagé un expert qui n'était pas qualifié
pour mener à bien la recherche et est venu avec sa propre conclusion. Le résultat - l'
résultats était que cet expert a donné une appréciation erronée sur laquelle était Baybasin
condamné à perpétuité en prison.

Après la condamnation, j'ai continué mes recherches, à la demande du cabinet d'avocats
Bakker Schut & van der Plas. Je ne sais pas - je n'ai pas limiter ma recherche à l'
Pays-Bas, mais je fait des recherches approfondies en Turquie. J'ai parlé avec presque
tous les témoins, dans ce cas, les individus et les divers gouvernements
fonctionnaires. J'ai documenté mon - à fond par la vidéo et le témoignage de cassette audio
afin qu'ils puissent être utilisés comme évident plus tard.

Le résultat - le résultat de ma recherche était choquant pour - étaient choquantes pour moi.
 En parlant avec de nombreux témoins, une conspiration est devenu clair contre Baybasin, l'
victime. Il y avait un set-up ou cover-up entre la Turquie et le gouvernement néerlandais
représentants aux niveaux absolus les plus élevés. Les témoins ont confirmé ce que la loi
société cessait de me dire.

L'image est - ce que j'ai obtenu était le suivant: Un haut niveau de la justice néerlandaise
officielle, au cours de visites en Turquie, a demandé que les jeunes garçons lui amenât
d'ordonner à avoir des relations sexuelles avec eux. Cela a été vérifié et enregistré par le secret
service de renseignement de la Turquie. Un officier de haut rang des services de renseignement
m'a donné une copie d'un rapport de la Turquie qui a expliqué l'histoire de la Hollande
fonctionnaire de la justice des mineurs qui avait porté à sa chambre d'hôtel pour le sexe et l'
chantage qui a été menée contre lui et aux Pays-Bas par la Turquie
autorités.

J'ai terminé mon rapport dans le but de le donner à l'État néerlandais afin
il pourrait être utilisé pour mener à bien une enquête criminelle. Nous avons cherché à avoir une
commission indépendante créée pour étudier ce cas et de faire ressortir tous les faits.
Ce comité a été fourni toutes les informations disponibles. La commission
également essayé d'atteindre les écoutes téléphoniques manipulées et les enquêteurs. La
résultat a été que les interceptions ont été trouvés - ont été jugés plus que probable
manipulée.

Cependant, la recherche a été fourni - qui a été fourni a été rejetée car elle était
trouve pas scientifique ou convaincante. Cette recherche n'a jamais été la réalisation - était
jamais réalisé, et donc le vrai n'a jamais été révélé - désolé. En ce moment
que je - une décision a été faire - faite par la commission de se rendre en Turquie pour
interroger les témoins encore, le ministère de la Justice est intervenu à nouveau et
bloqué que cela se produise. Cette recherche a donc jamais eu lieu et
la vérité n'a jamais révélé.

Mme van der Plas a déposé un rapport de police au nom des victimes turques
dans le but d'une enquête pénale sera lancé dans la conduite de la
grande justice néerlandaise officielle, M. Joris Demmink. Ce type - ce type de
enquête aux Pays-Bas sont effectuées par l'enquête nationale
Unité. L'Union national des enquêtes (sic) relève directement du collège
des magistrats du parquet, qui se réunissent régulièrement avec M. Demmink, car il est le
secrétaire général du ministère de la Justice.

Toutes les informations disponibles ont été mis à disposition par Mme van der Plas et moi-même
à l'Unité des enquêtes nationales. Nous avons même une des victimes turques
Voyage aux Pays-Bas de faire une déclaration. En outre, nous avons également eu une
témoin important viennent de Turquie aux Pays-Bas pour parler avec le
Union national des enquêtes (sic).

Le résultat a été, comme le chef de cette unité d'enquête nationale nous a dit que
il n'y aura pas d'enquête criminelle. L'Union nationale des enquêtes
(Sic) s'est bornée à une soi-disant une "collection fait» et n'a pas eu d'
le pouvoir de faire une enquête appropriée. Encore une fois, une occasion manquée pour bien
enquête sur les allégations de la Turquie et de prendre le témoignage de l'importante
témoins ne s'est pas produit.

Dans le - dans les dernières années, j'ai effectué des recherches approfondies en ce qui concerne plus
possibles enfants victimes d'abus par la police et les hauts fonctionnaires de la justice dans le
Pays-Bas. De cette recherche, il est en cours de cristal clair pour moi qu'il y ait
et a été l'abus de mineurs par des hauts fonctionnaires de la justice de la police et que tous -
que tous les efforts à poursuivre les enquêtes criminelles et ces cas ont été
bloqué et couvert. Lors de mon enquête, j'ai été en contact avec l'un des
les victimes, qui est ici aujourd'hui et a raconté son histoire. Après grave
réflexions, j'en suis venu à la conclusion que le gouvernement néerlandais ne
veulent et ne seront pas enquêter sur cette question très sensible de la manipulation
écoutes téléphoniques dans lesquelles une personne est injustement condamnés à perpétuité et environ
les jeunes garçons et l'un des plus élevés de la justice les responsables (département?).

C'est aussi ma conclusion que, après de nombreuses années de recherches menées par moi-même,
la théorie du cabinet d'avocats Bakker Schut van der Plas est correcte. Leur client, M.
Huseyin Baybasin, a été élaborée, et plusieurs autres clients de Mme van der Plas
ont été agressées par ministère de la Justice secrétaire général, Joris Demmink, quand ils
était mineure. Ma confiance que le gouvernement néerlandais ne sera jamais effectuer une
juste une enquête indépendante sur ces deux questions est complètement disparu.

1 espérons que vous le pouvez - ou les États-Unis peuvent nous aider à résoudre cette question
par des méthodes diplomatiques ou grave dans cette question très sensible Ce que je -
ce que je voudrais demander à la commission est triple. Tout d'abord, la pression sur le
Autorités turques à libérer toutes les informations sur le chantage.
Deuxièmement, la pression des autorités turques à libérer les dates du voyage d'Demmink
pendant les années 90. Cela permettra de résoudre la question une fois pour toutes. Et troisièmement,
pression sur les autorités turques à libérer la vidéo en Demmink viol
l'un des garçons turcs. Je vous remercie de votre attention.

REP. SMITH: Je vous remercie beaucoup pour cela, encore une fois, très étendu, et - vous définissez
à réfuter et est venu à une conclusion opposée. C'est tout à fait remarquable.

Je voudrais maintenant montrer une vidéo très brève, et ensuite nous passerons notre quatrième et dernière
témoin. Et c'est une vidéo de policier Korkmaz qui aurait offert
Demmink de sécurité en Turquie et garçons enlevés pour lui d'abus, et aussi
Mustafa, qui est l'identification Demmink, et nous allons maintenant regarder cette vidéo.

(Jeux vidéo).

REP. SMITH: OK, nous allons maintenant passer à notre témoin très distingué quatrième, Mlle
Vardaman.

SAMANTHA Vardaman: Merci, monsieur le président et le député Cohen, et à la
Commission d'Helsinki et les droits de la victime Caucus pour garder les projecteurs sur
cette question cruciale de la traite sexuelle des enfants.

La victimisation subie par cet homme comme un enfant est déchirante. Espoir à deux
International travaille à développer des réponses au trafic sexuel des enfants,
rétablir les victimes et prévenir la victimisation pendant 14 ans. De 2006 à 2007, sous
une subvention du département américain de l'Office national de surveillance et de lutte contre la
La traite des personnes, partagées espoir étudiés marchés trafic sexuel sur quatre
pays. Les Pays-Bas a été l'un de ces pays. L'objectif de cette
recherche était d'identifier les points communs qui pourraient recentrer nos efforts pour lutter
le trafic sur une base question, par opposition à une échelle régionale. Eh bien, la
constatation est le point commun est, et a été, et continue d'être la demande. La
communs seconde est que l'exploitation des enfants par le biais du trafic sexuel est
se produisant dans le monde entier, et les Pays-Bas n'a pas fait exception. La
L'exploitation comprend donner quelque chose de valeur en échange de la pornographie,
la performance sexuelle ou de prostitution. Tous les trois se produisent dans presque tous les pays
dans le monde entier. Le trafic sexuel impliquant des enfants et le tourisme sexuel impliquant des enfants se produisent dans
toutes les parties du monde, et la raison est que la demande existe à des fins commerciales
l'exploitation sexuelle des enfants.

En se concentrant sur les résultats aux Pays-Bas illustre la portée de la
problème. Légalisation de la prostitution a conduit à une demande accrue et, par conséquent, une
besoin de plus d'alimentation. Mais il ya un nombre limité d'adultes désireux de
entrer dans la prostitution, je cite, «profession», et le déficit est comblé avec
victimes de la traite. L'interdiction des maisons closes a été levée en 2000 dans le
Pays-Bas, et quelques années plus tard, le conseil municipal a reconnu Amsterdam
les dangers de la traite, en décidant de fermer 100 de la prostitution 350
fenêtres dans le Red Light District. Maire d'Amsterdam a déclaré, près de cinq ans
après la levée de l'interdiction bordel, nous devons reconnaître que les objectifs de
que la loi n'a pas été atteint. Dernièrement, nous avons reçu des signaux de plus en plus
que la violence se poursuit. La police admettre que nous sommes au milieu de moderne
l'esclavage.

En 2003, aux Pays-Bas, il y avait 257 victimes inscrites de l'homme
traite des personnes. Une pièce 2004 médias ont rapporté que le conseil municipal d'Amsterdam a été
va fermer les zones de prostitution de rue. Il a également fait état d'une opinion publique
sondage effectué sur la question de la démission d'un des membres du conseil
parce qu'il avait été reconnu coupable d'avoir acheté la prostitution dans la même rue
zone. Soixante-treize pour cent des citoyens estiment que les fonctionnaires
devraient pas être stigmatisés pour l'achat de la prostitution, et 63 pour cent croient que le
actions du conseil membre sont une affaire privée, et certainement pas les motifs
la démission. C'est ce que nous appelons une culture de tolérance, et nous constatons que
où elle existe, elle rend le travail de lutte contre le trafic d'autant plus difficile.

En 2004, environ 8.000 prostituées travaillé à Amsterdam seul, et environ les deux tiers
d'entre eux étaient d'origine étrangère. En 2005, la police néerlandaise a reçu plus de 600
rapports des femmes qui ont été forcées de se prostituer, et 400 femmes
contacté lutte contre la traite des organismes d'aide. En 2007, il y avait
343 victimes enregistrées de la traite sexuelle, 25 pour cent de ceux qui avaient moins de 18
ans. Au moment de notre recherche en 2006 et 2007, il aurait été
pas de présence policière 00 heures-6 heures dans la Lumière officielle Rouge
District d'Amsterdam, une fois que l'on victime de la traite qui a subi sa
il vit appelé, je cite, "un marché noir de la prostitution, où les enfants
est devenu facilement disponible. "Seuls cinq à six agents de police ont travaillé dans le
tout Red Light District à cette époque. Il n'y avait pas de capacité de
enquête sur le trafic illégal se produise. Il s'agissait d'un iceberg avec
la prostitution légale en haut masquer la vaste activité illégale dessous.

Le code pénal néerlandais en 2005 une compétence élargie pour atteindre les citoyens
commettre le tourisme sexuel impliquant des enfants - qui est, à l'exploitation sexuelle d'un enfant à l'extérieur
aux Pays-Bas. Mais aux Pays-Bas, il a continué à être à la hausse
quantité de proxénétisme, le crime organisé et l'exploitation des enfants. Dans une année 2005
nouvelles rapport, un officier de l'ancien vice dans le Red Light District a indiqué que le
deux principaux groupes de proxénètes qui travaillent dans ce Red Light District ont été appelés,
cite, «loverboys», et, je cite: ". Turcs» Il a indiqué que l'application des lois
officiers avaient trois mois pour compléter les enquêtes, une insuffisance entièrement
quantité de temps pour ces crimes complexes. Partenaire espoir partagé Scarlet
Cordon travaillé dans le Red Light District d'Amsterdam des fins de sensibilisation et des services
aux victimes. Ils ont identifié le problème Loverboy dès le début, et
a commencé à mettre des programmes dans les écoles pour éduquer et à prévenir le recrutement d'
ces victimes la plupart du temps chez les adolescentes. La méthode de proxénétisme Loverboy est très similaire à
la traite moderne aux États-Unis, en s'appuyant sur la servitude émotionnelle plutôt que
la force physique pour garder le contrôle sur leurs jeunes victimes. Dans notre recherche,
aux Pays-Bas, les victimes ont déclaré également que, et je cite, "magie" a été utilisé pour
les attirer. Mais cela ne se limite pas aux Pays-Bas, et c'est certainement
ne se limite pas à un seul pays. Un maillon faible dans le filet de sécurité mondial et
net va nous empêcher de protéger les victimes de la traite sexuelle des enfants.

Comme le député Smith a fait remarquer au début de cette séance, les trafiquants de s'appuyer sur
la capacité d'effrayer les enfants, et les faire taire, et il est impératif que
le système de justice est maintenant prêt à écouter les allégations et de bien
enquêter à leur sujet. Espoir partagé a mis en lumière quelques pratiques prometteuses à travers
nos recherches aux États-Unis au cours des cinq dernières années, en promettant
pratiques pour développer des réponses appropriées au trafic sexuel impliquant des enfants. Certains d'entre eux
se passe dans d'autres pays déjà, et chacun d'entre eux sont transférables à
n'importe quel pays pour les prendre. Tout d'abord, la présence de policiers en milieu scolaire
dans les écoles pour aider à bâtir la confiance entre les services répressifs et les enfants
compromet la capacité des trafiquants pour effrayer leurs victimes en - en
méfiant application de la loi.

L'éducation à tous les niveaux du système de justice, de l'enquête au procès,
conduira à des identifications plus de victimisation sexuelle et la traite des enfants
de meilleures réponses. Par-dessus tout, victime des approches centrées sur des entrevues et des
enquête sont déterminantes pour la confiance d'un enfant de divulguer leur
la victimisation. Quelques exemples existent qui ont été - sont dignes de mettre en évidence:
Le département de police de Dallas a une victime unité à haut risque, dans laquelle le
processus consiste à marquer un fichier d'un enfant qui est une répétition d'emballement, et d'ordonner que
déposer directement à l'unité de cette victime à haut risque où il ya des enfants légale
intervieweurs prêt à étudier des approches pour enfants appropriés.

Unités de gangs, comme l'unité de Fairfax County bande en Virginie du Nord, sont en cours
formés à l'identification des victimes du trafic sexuel et des entrevues qui peut
séparer la victime de l'influence et le contrôle gag du gang. Humain
groupes de travail de trafic à travers les Etats-Unis et dans d'autres pays réunir
fournisseurs de services et application de la loi afin d'assurer victimes sont prises en charge et
encouragés à rechercher la justice. Et, enfin, les coordonnateurs des témoins victimes et les
majorité des bureaux fédéraux d'application de la loi au pays d'assurer la
victime est prise en charge par l'enquête et du procès.

Shared Hope International a mis au point le Défi Innocence protégée,
qui, bien que domestique, a une pertinence pour le monde. Il comprend un cadre
des lois pour répondre efficacement aux traite sexuelle des enfants. Le cadre
crédits les États qui ont adopté des lois en place procurant une protection aux victimes
et de soutenir à travers le processus d'enquête et du procès. À l'heure actuelle, 34 États
aux États-Unis ont actuellement une certaine protection, et tous sont en cours
encouragés à adopter des lois plus, ce qui fera en sorte que davantage de victimes soient entendues.

Et enfin, comme je l'ai dit à plusieurs reprises tout au long, en attaquant la demande: La demande est
la racine du problème, et nous avons entendu parler de l'exploitation actuelle des
enfants de première main des gens qui les représentent. Et si nous pouvions nous concentrer
certains de ces efforts sur demande, peut-être cela n'aurait pas eu lieu dans le premier
place. Ressources et des priorités de la lutte contre la demande sont essentiels et le plomb
la corroboration de la plainte d'une victime, moins de dépendance sur le témoignage de la victime et
espérons-le, et, finalement, une réduction du nombre d'enfants exploités.

Le trafic sexuel des enfants est une menace pour la santé de notre société, sans aucun doute. Et
c'est vraiment une menace pour la sécurité nationale et internationale. Il permet
le crime organisé aux proies les plus vulnérables. Jusqu'à ce que nous tous, en tant qu'acteur mondial
communauté et individuellement au sein de nos nations, notre état, de nos villes, obtenir
sérieux au sujet de l'arrêt de la demande, ce combat n'a pas de fin.

Merci de continuer à garder cette question à l'avant-garde.

REP. SMITH: Je vous remercie beaucoup et je vous remercie pour le travail remarquable que
Shared Hope International a fait et continue de le faire.

Vous savez, j'ai remarqué en lisant votre - M. Cohen, avez-vous des questions?
Je vous remercie beaucoup. J'ai noté dans votre rapport, vous soulignez que les femmes
ce domaine, en parlant de l'un des quartiers chauds, sont pour la plupart latine et
Amérique du Sud, de la Colombie, Cuba, le Brésil et le Venezuela. J'étais sur - en
Brasilia lors d'un voyage ans pour parler d'un effort pour obtenir les Brésiliens
passer d'une stratégie globale de lutte contre le trafic sexuel, afin de protéger leur
propres enfants, parce que le tourisme sexuel impliquant des enfants est tellement énorme là-bas. J'ai rencontré des
parlementaires à Brasilia pendant plusieurs jours, mais nous avons fait une excursion d'une journée à
Rio de Janeiro, est allé dans un refuge. Et pendant que j'étais à l'abri, il y avait un
femme du Brésil qui venait d'être sauvé avec des larmes jaillissaient de ses yeux -
secouru un couple de jours plus tôt - mais comme elle a raconté son histoire, elle était en route
à Amsterdam.

Et j'ai moi-même soulevé cette question avec les Hollandais en tant que chef de la délégation de
l'Assemblée parlementaire des Etats-Unis, en tant que président de cette Commission, qui
- Et comme vous le soulignez dans votre rapport, quand vous obtenez les deux tiers ou plus, certains
le mettre aussi haut de 80 pour cent ou plus, les femmes étant étrangère - même le
les femmes autochtones néerlandais, il est fortement suspecte à quel niveau de contrainte
ont-ils été amenés là - mais quand tant de gens provenant d'autres pays sont
Actuellement, on peut se poser la question sur le - et il ya eu le rapporteur du
rapport aux années précédentes qui suggèrent fortement qu'il existe plusieurs niveaux, et je
suggère un degré élevé de niveaux de fraude forcé et coercition.
Et je l'ai vu moi-même avec la seule femme qui a sauvé dans un abri à Rio de
Janeiro qui a été sauvé de ce cauchemar d'être envoyé comme esclave à Amsterdam.

Je voudrais demander - et si vous le pouviez, Mme Vartaman - vous le savez, Mme Van de Plas à
sa déclaration, dans un de ses deux, demande était que la Hollande soit retiré de niveau 1
- Vos idées à ce sujet?

MS. VARTAMAN: Toujours? Je pense que l'évaluation de la mise en place de niveau est un
compliqué celui-ci. Et je m'en remettrais - (rires) - je m'en remettrais. Ce que je voudrais
dire cependant, c'est qu'il est clair que des efforts sont en place aux Pays-Bas,
et aux États-Unis et dans d'autres pays de niveau 1 qui ne reflètent une
intention de lutter contre la traite. Si ces efforts atteignent leur
but, je pense, c'est une autre question.

REP. SMITH: Permettez-moi de demander à M. B., s'il le pouvait - vous avez dit que vous n'étiez pas
autorisés à quitter Amsterdam par ton mac. Qu'est-ce qui se serait passé si vous aviez laissé
Amsterdam? Connaissez-vous quelqu'un qui a échappé, et ce qui leur est arrivé?

MR. B.: Pouvez-vous faire le - dire de nouveau?

REP. SMITH: Oui. Que serait-il - ce qui serait arrivé si vous aviez pu
de quitter Amsterdam après votre exploitation? Ne vous en connaissez d'autres qui ont fait?

MR. B.: J'aurais été punis.

REP. SMITH: Comment? Les passages à tabac?

MR. B.: Pardon?

REP. SMITH: Vous auriez été battus, ou -

MR. B.: Oui. Battu ou pour le pire.

REP. SMITH: Savez-vous qui a été maltraité? Qui a essayé de s'échapper?

MR. B.: Non, je ne peux parler que pour moi-même.

REP. SMITH: Dans votre exposé, vous avez déclaré que divers haut rang néerlandais
les fonctionnaires faisaient partie d'un réseau pédophile contenues dans Professeur van Roon
Rolodex. Maintenant que vous avez fait des rapports détaillés à la police au cours de la
enquête. Y avait-il des forces de l'ordre soupçonnés dans le
responsables de l'enquête ou d'autres qui auraient pu être en place pour empêcher que
enquête?

MR. B.: Oui.

REP. SMITH: Est-ce votre mac ou quelqu'un d'autre jamais été inculpé dans le cadre de cette
enquête?

MR. B.: Je ne sais pas.

REP. SMITH: Vous ne savez pas, OK. Votre présentation indique que vous étiez
prostituée à la barre du Festival à Amsterdam, avec d'autres garçons. Pouvez-vous
nous dire ce qui s'est passé au Barreau du Festival après votre rapport de police? Était-ce
fermer? Et les garçons ont été sauvés?

MR. B.: Le Bar du Festival a changé le nom, et il ya encore des garçons
de travail.

REP. SMITH: Malgré votre plainte.

MS:. (Off-mic.) Quel est le nom maintenant?

REP. SMITH: Oui, pourriez-vous nous dire quel est le nom de celui-ci est maintenant? Savez-vous?

MR. B.: Non, je ne connais pas le nom, désolé.

REP. SMITH: Vous savez, vous êtes évidemment étant, vous le savez, nous cherchons à
cacher votre identité dans la mesure du possible. Avez-vous peur de tout
représailles parce que vous avez présenté un témoignage ici avant d'Helsinki
Commission?

MR. B.: Je ne sais pas ce qui se passe avec moi si je retourne aux Pays-Bas, si je
arrivée à l'aéroport. J'en ai parlé avec mon avocat.

REP. SMITH: Je vous remercie, Monsieur B. Mme van der Plas, si je pouvais vous demander, dans votre
présentation, vous avez mentionné une affaire précédente, bien sûr, le cas Rolodex, qui
vous croyez montre une tendance des enquêtes étant fermées par M. Demmink.
Vous avez mentionné que, je cite, "Selon les enquêteurs de premier plan dans le cas,
dès que Demmink est devenu une personne d'intérêt dans cette affaire, le
enquête a été fermé et que l'opération piquer pour attraper l'homme qui
elle a identifié - M. B. -. été compromise "Cette information est venu de mener
les enquêteurs dans l'affaire, il l'a fait? Et combien d'enquêteurs sur l'affaire étaient
disposé à parler avec vous à ce sujet?

MS. VAN DER PLAS: Un enquêteur a rendu visite à mon bureau et m'a raconté son ensemble
histoire. Et il m'a dit ceci: Il était à l'enquête préliminaire et il
savait très bien que ce Demmink M. était l'un des suspects. Et il a dit, nous
eu des écoutes téléphoniques officieux, et nous avons entendu tous les gens de parler, mais à
le moment, nous avons commencé l'enquête officielle, il était - tout le
la communication a été fermé. Donc, il ne pouvait pas être différente de celle y avait un
fuir. Et aussi il a dit, quand nous sommes allés à cet homme du milieu, ce M. van Roon, il
nous attendait. Il nous attendait, et toute sa maison était propre. Si
il était très clair, il nous a dit, oh, vous y êtes. Nous vous attendons. Et il
m'a également dit que la victime, qui est maintenant vous témoigner lui a donné très
des informations fiables au moment où il a trouvé en arrière quand il a fait ses recherches.

Et en question que vous posiez la victime, je peux vous dire que dans ce cas, un
proxénète a été reconnu coupable, la peine n'est pas très grande. L'une d'elle était conditionnelle. Et
la condition était pour une partie de la peine d'emprisonnement qu'il pourrait travailler dans une sorte de
ferme où les enfants sont venus.

Ainsi, le policier qui m'a dit que c'était encore tellement en colère. Les policiers qui ont travaillé
sur cette affaire sont vraiment frustré. Et j'ai aussi entendu - mais c'était à travers un
intermédiaire, un journaliste, qui m'a dit que le chef de l'équipe d'enquête,
un homme qui croyait vraiment en Dieu et en la vie bonne, dit-il au journaliste, je
ne peut pas parler. Je vais tous les dimanches à l'église pour chanter loin de moi. C'est
ce que le policier dire. Et je sais que M. Langendoen à côté de moi a parlé même
à d'autres enquêteurs qui - de cette équipe à ce moment-là, qui a confirmé exacte que
informations. N'est-ce pas?

MR. Langendoen: (pas?).

MS. VAN DER PLAS: Ouais.

REP. SMITH: Vous avez mentionné que le secrétaire d'Etat actuel de la justice, Fred
Teevi (sp) - est ce ainsi que vous -

MS. VAN DER PLAS: Teeven.

REP. SMITH: - Teeven déclaré sous serment en 2007 que de haut rang néerlandais
responsables dans le cas Rolodex n'ont jamais été poursuivis en justice en raison de l'enquête
a été bloquée. Y at-il une enquête à l'allégation de M. Teeven que l'
enquête a été bloquée, et si oui, quel est le résultat?

MS. VAN DER PLAS: Dis-moi -

REP. SMITH: Est-ce tout - quelqu'un at-il chercher à savoir pourquoi il a été bloqué?

MS. VAN DER PLAS: Non Personne n'a jamais regardé po C'est aussi le cas a été maintenu
taire, et c'était très spécial que notre secrétaire d'Etat à la justice, M.
Teeven, a qui sous serment dans un - dans un cas complètement différent. Il a dit
c'est ce qui s'est passé.

Et ce qui est intéressant aussi - qu'en 1999, M. Teeven, quand il était encore
procureur de l'intelligence, il poursuivait ce cas, il a donné une interview à
un magazine pour les avocats et il a dit là, c'est ma connaissance, en tant que procureur de la
des cas de renseignement, qu'il a connues pour moi que j'ai cru comprendre que l'information
organisations criminelles dans les Pays-Bas ont une influence sur les politiciens et
même sur les juges.

Donc, quand vous entendez ça, c'est terrifiant. Il était alors encore le procureur.

Mais le problème, c'est que depuis que M. Teeven est secrétaire d'Etat, nous ne l'entends pas
plus. Donc ce qui s'est passé, j'ai demandé ensuite, parce que c'est ce qu'il a dit, et
ce qui est publié. I - nous pouvons même vous montrer, si vous souhaitez - il a dit que
alors qu'il a des informations, parce que quand vous voyez - quand cela est arrivé dans
Turquie, que les agences de renseignement étrangers ont de l'influence, peut faire chanter notre
gouvernement et de notre - c'est terrifiant.

Mais pas seulement eux, quand les organisations criminelles livrer les enfants à ces gens -
- aux personnes en si haut rang à l'intérieur d'un gouvernement, d'un bureau et poursuites
système de justice, alors ces organisations criminelles ont aussi un - signifie
chanter ces gens. Et ce qui se passe depuis longtemps déjà lorsque ce
qui s'est passé dans les années 90.

Et même notre secrétaire d'Etat a dit que pour un juge, dit en public, et
rien ne s'est passé.

REP. SMITH: La situation avec M. Baybasin - et peut-être, Klaas, vous voudrez peut-être
parler aussi - nous sommes tous bien conscients de l'intensité de la
sentiments des Turcs pour les Kurdes et vice-versa.

MS. VAN DER PLAS: Yup.

REP. SMITH: Je n'oublierai jamais, après la première guerre du Golfe, lorsque les Kurdes
avaient fait leur chemin jusqu'à la frontière. Je suis allé là-bas alors qu'il était encore un très
situation instable et j'ai vu que ces pauvres gens étaient à la frontière, qui se tiendra
par nos forces spéciales et d'autres, pour simplement survivre.

MS. VAN DER PLAS: Oui.

REP. SMITH: Il y avait - les Turcs à peine leur a permis d'être à la frontière.

MS. VAN DER PLAS: C'était la -

REP. SMITH: Et donc mon point est, vous le savez, la toile de fond de cette question et, vous
le savez, le quid pro quo, peut-être, l'allégation, qui a conduit à ce que le chantage
et le - et la situation -

MS. VAN DER PLAS: C'est très clair, parce que M. -

REP. SMITH: S'il vous plaît, si vous pouviez préciser -

MS. VAN DER PLAS: - M. Demmink était membre de cette Union européenne KFOR (sp) Comité -

REP. SMITH: C'est vrai.

MS. VAN DER PLAS: - et il était spécialement chargé de la question kurde-turc
conflit. Il avait donc cette connexion directe avec les Turcs.

Et ce Baybasin M., cette militante turque, était occupé à laisser leur - les Kurdes
avoir une vie meilleure et certains d'entre eux qui ne pouvait avoir que de fuir
là. Donc, dans ce genre chemin, ils étaient de - (inaudible). Et c'est pourquoi l'
Gouvernement turc à l'époque dit, nous voyons ce Baybasin comme principale réelle
objet. Nous voulons le faire taire. Et vous devez nous aider parce que nous vous pris
avec ceux enfant s. Et c'est aussi ce que M. Langendoen entendu en Turquie.

Mais toute cette affaire politique derrière cela est très clair, et puis c'est tellement
étrange que M. Demmink dit, je n'ai pas visité la Turquie depuis '87. Il était le
personne principale aux Pays-Bas à ce sujet - qui s'occupait de cette
Kurdo-turque conflit et avait des contacts avec les Turcs.

REP. SMITH: Eh bien, je pense que votre argument selon lequel un ambassadeur dans un autre pays
ne serait guère rester à Washington - ils devaient se rendre en - d'avant en arrière -
resterait là, bien sûr, mais dans ce cas, quand c'est votre mission, il
serait - ce serait un manquement à ces obligations de ne pas se rendra à
Turquie. Je pense que c'était une très -

MS. VAN DER PLAS: Ouais.

REP. SMITH: - très important force intérieure pour votre argumentation.

MS. VAN DER PLAS: Ouais.

REP. SMITH: Avez-vous - pouvez-vous donner aucune indication quant aux raisons pour lesquelles la Turquie actuelle
leadership, quand ces garçons turcs étaient tellement auraient maltraités et exploités et
violée, ne le trouve pas dans leur propre intérêt à protéger, vous le savez, un Turc
citoyen, ne veux pas dire, ce qui est arrivé avant, ainsi soit-il, mais vous savez -
pas qu'il en soit ainsi, tout ce qui s'est passé avant, vous savez, là où ça va, vous le savez,
nous voulons protéger nos enfants et les adultes jeunes aujourd'hui?

MS. VAN DER PLAS: Oui, on peut le dire, mais à ce moment la turque
gouvernement qui n'était pas le (maintenant - ce) gouvernement -

REP. SMITH: C'est vrai.

MS. VAN DER PLAS: - mais se concentrait sur ce Baybasin. Ils voulaient -

REP. SMITH: Oh, bien sûr, que le gouvernement. Mais ce gouvernement, il me semble -

MS. VAN DER PLAS: Oui. Ce - ce -

REP. SMITH: - et vous le savez, le gouvernement turc a maintenant -

MS. VAN DER PLAS: Ouais.

REP. SMITH: - de plus en plus s'est prononcé contre - la lutte contre l'homme
traite des personnes, et c'est un cas de leurs enfants.

MS. VAN DER PLAS: Et c'est pourquoi ils ont donné à M. Landendoen tellement d'informations.
 Nous avons donc - toutes nos sources sont originaires de Turquie, de sources officielles, d'autres sources.
N'est-ce pas, M. -

MR. Langendoen: (Hors micro.)

MS. VAN DER PLAS: C'est pourquoi ils veulent nous aider, mais ils - dans le même temps
ils sont contraints par la pression diplomatique de ne pas tout donner, tout donner
morceaux. C'est pourquoi nous sommes suspendus entre les deux pour tant d'années déjà. Ouais.

REP. SMITH: Maintenant, le grand quotidien qui peut très rapidement - si vous vouliez parler
à cela, Klaas -

MR. Langendoen: Non, non.

REP. SMITH: OK.

MR. Langendoen: (Hors micro.)

REP. SMITH: Le grand quotidien ou le grand journal - ce que ce serait une
percée en termes de finalement amener un peu de lumière et de l'examen de la question?

MS. VAN DER PLAS: Telegraaf. - Que viendra, oui, parce que cela va
de parler, d'ailleurs, toutes les enquêtes de M. Langendoen fait, et
il ya de nouvelles victimes néerlandaises qui ont parlé de ce qui s'est passé pour eux.

MR. : Il arrive.

MS. VAN DER PLAS: Et qui va venir très bientôt.

MR. : (Hors micro.)

MS. VAN DER PLAS: N'est-ce pas?

MR. : Oui, très bientôt.

MS. VAN DER PLAS: Ouais.

REP. SMITH: Puis-je vous demander, si je pouvais, Mme van der Plas - vous avez parlé
à propos de Mustafa. Vous avez mentionné que - parce que j'ai rencontré l'ambassadeur de
les Pays-Bas aux Etats-Unis. Je crois en avoir entendu toutes les parties
et de faire ma diligence - En fait, il a mentionné dans sa lettre du
Niveau 1 état comme si en quelque sorte exonéré d'un pays et qui s'appliquerait à
n'importe quel pays. Vous savez, qui peut montrer une bonne tendance, mais s'il ya personne
cas qui doivent être examiné, ils ont besoin de l'être. Mais cela dit, vous le savez,
qui ne dit rien à propos de ce cas. Mais vous savez, il - vous avez parlé de
Mustafa. Il ne se sentait pas en sécurité en voyageant aux Pays-Bas. Vous avez parlé de
contre-mesures, je pense, était l'expression que vous avez utilisée.

MS. VAN DER PLAS: Contre-mesures dans le cas Rolodex.

REP. SMITH: OK. OK. C'était le Rolodex -

MS. VAN DER PLAS: Nous avons eu des contre-mesures dans le -

REP. SMITH: OK. Avec Mustafa, c'était avec la sécurité - il était - il voulait une
garantir la sécurité et il voulait aussi présence d'un avocat.

MS. VAN DER PLAS: Oui. C'est ce que j'ai écrit au procureur. Et puis le -

REP. SMITH: Pourquoi ne pas l'avocat soit autorisé à être présent avec quelqu'un qui
veut se présenter comme ça? C'est déconcertant.

MS. VAN DER PLAS: Oui, le - quand j'ai demandé le procureur - et je l'ai tout
en correspondance disponible - je l'ai dit à cause des menaces que le garçon avait, il - je
souhaite être présent, ou son avocat turc, et nous voulons la sécurité et -
parce qu'il donne une déclaration contre le plus grand homme au Ministère de la
Justice. Et pour ce gamin, en tant que citoyen turc, il sait qu'ils - les personnes
ont le pouvoir.

Et puis il m'a répondu, Mme van der Plas, c'est - "Det ist Nedeland" (sp).
Cela signifie: «C'est aux Pays-Bas."

Donc, non, et je ne pouvais pas garantir ma sécurité complète du client quand il est venu. Alors l'enfant
était terrifié, vraiment peur de la mort, oui.

REP. SMITH: En ce qui concerne le parquet turc à Diyarbakir, vous
ont dit qu'ils avaient maintenant des - une enquête en cours contre M. Demmink et deux de
les individus ont travaillé avec la Turquie. Pourriez-vous élaborer un peu plus sur
qui? Combien de temps cela at-il été en cours et -

MS. VAN DER PLAS: C'est très récemment -

REP. SMITH: Récentes.

MS. VAN DER PLAS: - a commencé, quelque part au printemps, parce que le turc
Les autorités veulent quelque chose et puis tout le temps de retard, et c'est pourquoi je suis
attend maintenant avec cet appel que j'ai eu l'information de leur part. Mais je sais
cette semaine exactement dernier ils ont fait un certain mouvement et ils vont écouter de la
témoins. Donc, il ya maintenant quelques progrès en elle. Et je pense que, quand partir Unis
Side États il ya un soutien pour ce qu'ils vont faire à cet égard, que
les aiderait vraiment.

REP. SMITH: Permettez-moi de vous demander si vous avez été menacé?

MS. VAN DER PLAS: Avez -

REP. SMITH: Avez-vous été - été personnellement menacé du tout vous-même?

MS. VAN DER PLAS: Non, non

REP. SMITH: C'est -

MS. VAN DER PLAS: Mais je n'ai même pas le voir. Lorsque - Je ne suis pas - comment appelez-vous
il? Disponible pour cela ou ouvert pour cela? (Chuckles.) Ouais. (Rires.)

REP. SMITH: Permettez-moi de vous poser une dernière question. Vous avez mentionné que le courant
membre du conseil de sécurité de l'Etat turc, M. Salibi (sp) -

MS. VAN DER PLAS: Oui.

REP. SMITH: - de l'aile militaire du service de renseignement turc, envoyé
aux Pays-Bas une liste des nombreuses visites qu'il croyait que M. Demmink fait pour
Turquie entre 95 et 03. Toutefois, aux Pays-Bas a rejeté le rapport,
jamais contacté l'auteur, qui demeure un conseiller à la sécurité spéciale, entre
autres choses, le ministre turc de l'Intérieur.

Pourriez-vous parler pour les autres là-dessus? Pourquoi cette information soit mise à l'écart ou
refusé d'être mises en? Ou est-il donné suite à quelque chose? Et ce fait
M. Salibi (sp) courent un risque en fournissant cette information lui-même?

MS. VAN DER PLAS: M. Salibi (sp) fait son rapport -

REP. SMITH: Parce que, encore une fois, dans mes conversations avec les Hollandais, ils disent que
il n'était tout simplement pas là. (Chuckles.) Et cela, vous le savez, et comme lui exonère
vous l'avez souligné autres l'ont souligné, il est venu sous les alias, il est venu
d'autres moyens.

MS. VAN DER PLAS: J'ai fait quelques accessoires pour votre commission.

REP. SMITH: (Inaudible.)

MS. VAN DER PLAS: Son (? Acte) rapport est là, et Page 23 donne les dates
selon que - il a été le premier à révéler les dates qui Demmink entrées
La Turquie dans les années 90 et comment tout s'est passé. Mais je suis aussi attaché sa lettre
les autorités néerlandaises, cette commission indépendante a parlé M. Langendoen
environ, et il a offert en ce que - il a dit qui il était, et il a offert de donner à tous
l'information. Mais personne n'a jamais lui ai demandé de le faire et de le donner. Et alors
nous avons donné - il a été ignoré. Il a été ignorée. Et nous avons donné ce que pour vous, alors ce qu'il
ledit. Et je rendais visite à M. Salibi (sp), même avec M. Langendoen, et nous
a discuté de son rapport. Nous avons des photos de cela. Ouais. Et nous avons aussi, si -
il nous a donné également une projection photo - écoutez, je vous écris cette lettre que j'étais le
conseiller spécial du ministre de l'Intérieur en Turquie à cette époque, mais ici -
regarde, moi, à l'aéroport avec cette personne en fait la deuxième AKP. Si
c'est vraiment quelqu'un de ne pas ignorer, mais les Hollandais n'avaient tout simplement pas même penser
à ce sujet.

Lorsque j'aurais été ministère de la Justice des Pays-Bas - (rires) - Je
ne suis pas - je l'ai dit, OK, je - la première chose que je fais est transparente,
demander ouvertement le gouvernement turc, ce qui est le rapport? Ils n'ont jamais fait,
tout simplement ignorés.

REP. SMITH: Est-ce un cover-up? Est-ce un cover-up?

MS. VAN DER PLAS: Qu'est-ce qu'un cover-up? Vous voulez dire qu'ils ne font rien?

REP. SMITH: C'est vrai.

MS. VAN DER PLAS: Ce que nous - ce que nous voyons tout le temps dans ce cas - quelle que soit
nous amener, en fait, le silence est la suite. Nous sommes ignorés.

REP. SMITH: M. Langendoen, permettez-moi de vous poser une question. Vous indiquez que
après des années dans le système de justice pénale aux Pays-Bas, vous avez été très
surpris par les faits qui vous sont présentées par Mme van der Plas et son unité légale
en ce qui concerne la condamnation de Baybasin et sa relation avec les allégations
contre un fonctionnaire de haut rang de la justice. Vous avez dit, et je cite, au début
de votre «recherche indépendante,« vous »se demandait si la théorie du cabinet d'avocats était
pas un «non-sens» histoire de conte de fées "et vous" suppose que ce niveau de
la corruption ne pourrait jamais se produire "dans votre pays, où vous aviez" travaillé si dur "
contre le crime organisé, la citation à proximité.

Est votre appréciation - est-ce vous estimez que ce cas est une aberration
ce qui est normal aux Pays-Bas, ou le signe d'un problème systémique
le crime organisé?

MR. Langendoen: Ouais, j'ai été choqué -

REP. SMITH: Mettez votre - Je suis désolé.

MR. Langendoen: J'ai été choqué par ce que j'ai entendu de la - ces deux avocats.
Quand ils m'ont demandé de quelques recherches à ce sujet, je l'ai dit, c'est un conte de fées.
Je sais très bien Hollande, à propos de la criminalité organisée, tout ce genre de choses, mais
ces choses-là ne se fait pas en Hollande. C'était mon opinion à ce moment.

Mais ils m'ont demandé, Klaas, s'il vous plaît l'enquête. Nous croyons - nous
croire à l'histoire. Et après cela, je dois dire, je pense que c'est vrai.

REP. SMITH: Vous avez été -

MR. Langendoen: Que le gouvernement néerlandais sont soumis à un chantage dans l'histoire de la
- De la - de l'homme le plus haut gradé de la justice.

REP. SMITH: Vous avez mentionné que l'unité nationale des enquêtes fait qu'une
faits d'enquête collection, mais n'avait pas le pouvoir de faire une bonne
enquête. Quelles sont les options et des pouvoirs supplémentaires lui aurait été loisible à un
enquêteur si elles avaient été habilité à ouvrir une enquête officielle, juste
si nous comprenons les différences? Quels témoins ont-ils pas interrogé comme un
résultat de l'enquête limitée?

MR. Langendoen: J'ai demandé au chef de la - de cette enquête - Je lui ai donné
toutes les informations. Je l'ai dit, je peux vous donner les personnes qui doivent le faire
enquête. Je me suis rendu ensuite à la Turquie. J'étais - de très bons contacts au cours
ces jours-ci en contact - Service de renseignement, de police, tout. Je peux
les présenter. Vous pouvez faire une enquête très bonne. Il a dit, non, non, nous faisons
rien.
REP. SMITH: Et pourquoi pensez-vous que c'est le cas?
MR. Langendoen: Il a dit - dit-il, nous ne voyons rien pour - pas de faits pour un
enquête criminelle, non, nous ne faisons pas une enquête criminelle. Et quand
il n'est pas une enquête criminelle, je ne peux rien faire.
REP. SMITH: Mais étant donné votre crédibilité extraordinaire et le fait que vous êtes
un homme qui a fait une différence dans rendre la justice aux Pays-Bas, qui n'a pas
ajouter, vous le savez, l'impératif qu'ils font quelque chose? Je veux dire, vous étiez
présenter quelque chose - je veux dire, vous vous mettez à réfuter - vous ne le pensez
était réel. Alors vous êtes au - il me semble que c'est -
MR. Langendoen: Je l'ai pressé. Je l'ai dit, j'ai obtenu toutes les informations pour vous;
Je peux voyager avec vous pour la Turquie, nous pouvons parler aux victimes, à la - à la
officier de police, des officiers du renseignement. Et il a dit, non, je ne suis pas autorisé à faire
que.
REP. SMITH: Non autorisé.
MR. Langendoen: Non autorisé.
REP. SMITH: Sous peine d'être congédiés ou réprimandé d'une certaine façon, avez-vous
pensez? Ou -
MR. Langendoen: Je ne sais pas ».
REP. SMITH: Vous ne savez pas. OK.
Je voudrais céder à - sans objection, à notre - l'un de nos conseils sur le
Commission d'Helsinki, Allison Hollabaugh.
Allison.
ALLISON Hollabaugh: Je vous remercie tous d'être ici aujourd'hui.
M. Langendoen, quel est l'état actuel du dossier Baybasin? Votre - vous
a fait des recherches approfondies sur des preuves altération de l'écoute électronique. Y at-il
eu de mouvement au sein du gouvernement néerlandais sur la recherche dans ce cas plus loin
pour voir s'il y avait un déni de justice?
MS. VAN DER PLAAS: Peut-être que je le ferai - car il s'est passé quelque chose dans ce
cas actuellement. Jusqu'à présent, ils ont refusé complètement de faire quoi que ce soit. Nous avons demandé à nouveau et
à nouveau pour étudier la - parce que l'homme a été reconnu coupable de téléphone seulement
bandes. Et M. Langendoen même interviewé, en Turquie, tous les policiers qui
dit, j'aidais les Hollandais pour manipuler ces enregistrements téléphoniques à l'époque.
Mais ils ont refusé jusqu'à présent de faire une enquête.
Mais nous avons fait une demande de révision auprès de la Cour suprême de la condamnation de M.
Baybasin. Et que la demande de révision a été effectuée Avril 2011. Et ce n'est que récemment -
et nous avons apporté dans tous les éléments dont nous disposons, et nous en avons beaucoup. Et récemment,
en Août 2011, le procureur général de la Cour suprême a dit, j'ai besoin d'
la Cour suprême que je peux faire une nouvelle enquête sur ce cas en raison
il ya tellement de matériel, mais nous voulons vérifier que le matériel. Et juste
récemment, le jour de notre départ pour Washington - qui était lundi ou - non, mardi, j'ai
obtenu des informations de la Cour suprême qu'ils ont fait une prise de décision rapide. Il était
prévu le 30 Octobre, mais ils l'ont fait mardi dernier, et ils ont dit que
procureur, par nouveau procureur général de la Cour suprême, par la nouvelle loi, peut
faire enquête elle-même.
Donc, je pense maintenant que le procureur général, différente de celle de la poursuite
bureau, voit la valeur de ce que nous avons déjà, et il est maintenant de commencer un
enquête. Et nous ne pouvons espérer que ce sera une véritable enquête.
Il a écrit dans sa conclusion très précisément qu'il veut impliquer la défense
beaucoup dans cette enquête parce qu'il croit en outre état de droit. Mais
dit-il, j'ai presque du mal à croire que ce qui s'est passé dans mon pays, mais allons-y
et d'enquêter. Il s'agit donc d'un nouveau développement, mais très récente, en fait
la semaine dernière avant de partir.
MS. Hollabaugh: Maintenant, cela sera une enquête complète ou une mission d'enquête
enquête ou d'un type complètement différent parce que c'est dans la cour?
MS. VAN DER PLAAS: Il s'agit d'une enquête très spéciale dans notre droit pénal. Il
- et il est juste par la nouvelle loi, le 1er Octobre, rendue possible. Et c'est un
d'établissement des faits par le général le plus élevé de l'avocat - de l'
Cour suprême dans les faits que nous avons apportées, les faits nouveaux concernant la révision. Si
qui seront les bandes téléphoniques, mais ce sera également l'interrogatoire d'un
traducteur qui savait tout et qui a dit que ce n'était Baybasin un but de
le gouvernement turc. Donc, il va interroger les témoins, et il veut
faire une nouvelle enquête sur les bandes téléphoniques et toutes les irrégularités,
que vous pouvez entendre déjà, mais de là à l'étudier vraiment. Ainsi, il peut prendre
un certain temps, mais il sera très intéressant. Et bien sûr, vous ne pouvez pas marcher
ainsi que le rôle de M. Demmink de plus non plus.
MS. Hollabaugh: Mme Vardaman, vous avez mentionné dans votre déclaration qui a légalisé l'
la prostitution a conduit à une demande accrue et donc un besoin d'augmentation de l'offre en
par rapport aux Pays-Bas »légalisation de la prostitution en l'an 2000.
Vous avez également fait une étude de plusieurs autres pays dans le même temps sur votre - de
votre étude de 2007. Avez-vous aussi voir un schéma similaire là, si l'un d'eux
même légalisé? Ou avez-vous d'autres exemples de légalisation de premier plan
à une plus grande demande?
MS. Vardaman: Les trois autres pays, le Japon, la Jamaïque et les États-Unis,
n'ont pas légalisé la prostitution et n'a pas, à ce moment, à l'exception du
situation rare dans l'état du Nevada, où plusieurs comtés ont encore
bordels, maisons closes légales. Et c'était vraiment la seule chose que nous pourrions comparer
dans cette recherche. Toutefois, il n'a même jouer dans notre recherche dans
Nevada. Las Vegas a été l'une des villes nous nous sommes concentrés sur. Et c'est certainement
était une série de questions que nous avions lorsque nous sommes allés à Las Vegas, et le
même sentiment et la preuve est venue qu'il y avait une augmentation de la demande de
l'activité sexuelle commerciale dans les endroits où il est légal. Et que
comprenait les comtés du Nevada, où ils ont vu, en fait, les gens de quitter le
ville de Las Vegas pour voyager à l'extérieur le plus proche du comté qui ne ont légalisé
prostitution à cet effet.
REP. SMITH: Avant de conclure - et je voudrais demander s'il ya quelque chose d'autre que vous
aimeriez partager avec nous - je veux dire que nous n'avons inviter
Ambassadeur-at-Large pour homme traite Luis CdeBaca d'être ici aujourd'hui. Je
ont appelé pour le bureau, tout comme le personnel à plusieurs reprises spécifiquement sur
ce cas, et qui n'ont pas entendu parler d'eux, ce qui est décevant parce que je
a écrit la loi qui a créé cette position, à la fois au bureau et l'
ambassadeur dans son ensemble, et pas de retour d'appel. Et vous savez, encore une fois, si un pays
être un grand ami des Etats-Unis ou quelque chose de moins que cela, des amis
ne les laissez pas commettre des violations des droits de l'homme, et si elles sont - si ce n'est une
aberration ou s'il s'agit d'un modèle, il y a de vraies victimes, y compris le très
courageuse de M. B, qui est juste ici, qui ont souffert et transporter des personnes
cicatrices, et nous devons dire la vérité au pouvoir, quel qu'il soit, y compris la nôtre
pays, ici aux États-Unis. Donc, je constate que la déception, que
ils ne sont pas là pour être à cette table pour parler de cette question très importante.
Mais nous resterons là.
Nous le faisons - car il s'agit d'un point et non une audience formelle, nous divertir
questions. Alors s'il ya quelqu'un qui voudrait poser une question à notre
témoins très distingués ou moi, s'il vous plaît.
Oui.
Q: (Hors micro.)
REP. SMITH: Voulez-vous prendre un -
MR:. Voulez-vous prendre le micro à la fin de l'estrade là-bas?
Q: Bonjour. Salut. Mon nom est Kwame Fosu, et je suis le directeur de la politique pour le
Projet de Rebecca pour les droits de l'homme. Et je vous remercie d'avoir organisé cette très
audience importante. Nous sommes très reconnaissants. Et je vous remercie d'être venu, Adele,
Klaas et B.
Quel est le processus? Nous savons que les Pays-Bas a été cité par les États-Unis
Nations Unies comme l'une des 10 premières destinations touristiques du sexe -
MS:. (Hors micro.)
Q: Oh, désolé - l'une des 10 premières destinations pour le tourisme sexuel. Quelle est la
de modifier leur note d'un pays de niveau 1 à un niveau 2 ou 3?
Quel est le processus réel? Comment pouvons-nous faire cela? Parce que c'est très important de
le projet de Rebecca que des gens comme Joris Demmink, qui sont effectivement en charge
de poursuivre trafic d'êtres humains, ne viennent à la justice. Et nous voulons faire en sorte
que les avocats aux États-Unis sont conscients de cela et savoir comment nous pouvons - et nous
peut prendre des mesures pour modifier leur classement. Et si nous voulons savoir quelle est la -
REP. SMITH: Bonne question. Tout d'abord, comme je pense que beaucoup d'entre vous le savez, nous
mis en place ce que nous appelons des normes minimales dans l'acte de 2000. Nous avons construit le
ceux de la '03, '05 et l', puis la loi plus récente, en ajoutant à l'information
quant à ce que la toile de fond est que nous utilisons dans nos appels de données à nos ambassades dans
savoir si oui ou non il ya des poursuites, la complicité du gouvernement
fonctionnaires, comment bien ou mal que font les militaires, sont-ils complices de
traite des personnes. Et c'est un regard très complet. Et de fait, en 2000,
nous nous concentrions sur les arrestations, mais nous n'avons pas obtenu à la partie conviction. Et
certains pays fait gamed le système et fait des arrestations, mais ils n'étaient pas
faire quelque chose à propos de la prison. Nous avons donc changé que dans les lois ultérieures.
Le processus, très simplement, après cette toile de fond, en examinant les faits, puis
l'application de ce qui se passe sur le terrain à ces normes, le minimum
normes, comme on les appelle - et ils sont moins, ils ne sont pas au maximum, ils sont
minimum, mais ils sont très importants - est pour le Département d'État pour faire une
appeler, sur la base de ces informations, à savoir si elles sont ou non Tier 1, Tier 2,
liste de surveillance ou les contrevenants flagrants, ce qui serait de niveau 3. Le processus aujourd'hui -
la désignation d'un pays ne peut être changé n'importe quel jour si les données garantit
elle. Il est habituellement fait après le rapport TIP est libéré. Il s'agit d'un
section qui a classé tous les pays, y compris aux États-Unis. Mais
franchement, si l'information se présente suggérant qu'il y a lieu de
une rétrogradation ou un changement, vous le savez, une amélioration, un classement de niveau peut être changé
n'importe quel jour de la semaine de n'importe quel mois de l'année. Donc, Hollande pourrait être modifié,
si le Département d'Etat et le bureau TIP il souhaité, aujourd'hui ou demain
ou tout autre jour.
Mais nous l'avons fait - à dessein, que le Congrès, n'a pas vocations niveau. Nous avons estimé que
il serait préférable de faire de chacun de nos ambassades, l'alimentation dans le bureau TIP
lui-même. Et comme nous le savons tous, il y a une lutte politique au sein du
Département d'État. Il y a de nombreux ambassadeurs qui ne veulent pas que leur pays
étant désigné de niveau 3. Il y a beaucoup de push-back. Je pense que c'est
malheureux. Il devrait être tout au sujet du monde entier et M. les victimes, car
il s'agit d'une stratégie à deux volets il: d'abord la désignation, puis qu'est-ce que
vous faites avec lui. Il y a un certain nombre de mesures qui peuvent être prises en termes de
sanctions. Et espérons-le, les pénalités seront en rapport avec le niveau
Note.
Mais si un pays ne commencent à faire de réels progrès - et nous avons eu un certain nombre
des pays qui ont fait cela. Grands alliés comme Israël et la Corée du Sud
étaient de niveau 3 pays. Et Israël a remué ciel et terre pour fermer les maisons closes et
pour s'assurer que les femmes, en particulier à Tel-Aviv, ne sont pas exploitées. Et
de la même manière, la Corée du Sud a adopté un certain nombre de lois et politiques importantes à
atténuer la traite, en particulier le trafic sexuel, dans ce pays. Ainsi, vous
le savez, il s'agit de faire l'appel fondé sur les faits.
J'ai soutenu pendant longtemps que la Hollande ne mérite pas d'être sur de catégorie 1
en raison du nombre extrêmement important de femmes, des garçons et des jeunes qui
sont exploitées dans le 13, Mme Vardaman nous a dit, les quartiers chauds de cette
pays. Et vous le savez, la ligne de démarcation entre une victime de la traite
et une femme qui prétend être là sur son propre gré est très usée
en effet. Il ya des niveaux de (forcé?) Fraude et la coercition qui pourraient être facilement
manqué par quelqu'un qui est enclin à penser que c'est tout est OK, et ajouté à cela,
toute personne qui n'a pas atteint l'âge de 18 ans. Donc, tous ces jeunes garçons qui sont
exploités, et les jeunes filles, à Amsterdam, dans l'établissement qui est encore
ou le bordel qui a encore des gens dedans avec un nom différent, est un
le crime le trafic parce que, vous savez, un acte sexuel commercial, notre définition de
la loi, et toute personne qui n'a pas atteint l'âge de 18 ans est, par définition, un sexe
victime de la traite. Je vous encourage donc, même avertir l'administration de
repenser sa désignation de niveau 1.
Mais je l'ai fait avant et nous avons obtenu nulle part. Merci pour la question.
Q: J'ai une question.
REP. SMITH: Oui.
Q: M. Cassie Bavin (ph), l'habitude de travailler sur ce comité, et pour vous, M.
Président. Je voudrais savoir, compte tenu du fait que nous n'avons pas vraiment
compétence sur les Pays-Bas et il n'ya pas de lien réel pour être en mesure de faire beaucoup
changer dans un autre pays, comment pouvons-nous appliquer - Je veux dire, un, comment pouvons-nous - comment
pourrions-nous garder le secrétaire général ou toute autre personne qui est un délinquant hors de la
États-Unis? Et vous savez, ce genre de résolution, ce type d'application
pourrions-nous aux États-Unis ont aussi un congrès pour être en mesure de garder quelqu'un?
Et l'autre est de savoir comment pouvons-nous obtenir la Hollande et d'autres pays qui ont - que
ont volontairement conclu des accords tels que les Protocoles de Palerme, pourquoi est-
pas - vous savez, comment voulez-vous amener les pays à suivre leurs propres accords qui
ils ont convenu d'appliquer dans leur propre pays? Je veux dire, tout le monde dit,
vous le savez, votre threes - vos trois Ps, vous protéger, prévenir et poursuivre.
Mais, vous le savez, nous ne sommes pas le voir. Et je pense qu'il est scandaleux que le TIP
Office ne répond pas au président d'un comité comme celui-ci et l'auteur
du projet de loi, qui est beaucoup apprécié par tout le monde dans cette salle et en tout lieu.
Donc, c'est scandaleux.

REP. SMITH: Je vous remercie, Cassie (sp). Est-ce pour moi ou pour les autres ou pour tous
de nous? Eh bien, je vais juste prendre un couple -

Q: (Hors micro.)

REP. SMITH: OK. Oui, s'il vous plaît. Mme van der Plas?

MS. VAN DER PLAS: Pour bien comprendre, voyez-vous, vous pouvez avoir des règlements belles,
mais quand quelque chose est derrière elle, comme caché, que même les policiers sont obligés de
silencieuse vers le bas. C'est le point. Je pense qu'il est très important que les faits que nous
apporter sont maintenant inclus dans les conversations, dans les estimations. Et c'est
la seule chose à faire, parce que vous pouvez établir des règles, mais - c'est ce que je dis. Je suis
études dans un pays où je - ouais, primauté du droit et ainsi de suite, mais quand vous voyez
alors la réalité et la pratique, qui peut vraiment frustrer.

Et il est très important, tout comme vous - que le président a déjà dit, nous devons
écouter les victimes. Mais il est aussi très important dans un pays comme le
Pays-Bas, qui - et c'est ce que j'ai vu ces dernières années très clairement que
personnes qui travaillent comme des policiers, des policiers, des procureurs vraiment honnêtes, même honnêtes,
Je les ai vus dans mon bureau, parfois avec des larmes dans leurs yeux qu'ils
ne pouvait pas continuer. Ils avaient peur, ils perdent - certains ont perdu leur emploi à cause
ils ne voulaient pas continuer.

Il est très important que nous trouvions un moyen de soutenir les bonnes personnes dans les
systèmes qui veulent faire quelque chose et que - et lorsque les policiers sont obligés de
fermer - fermer leurs bouches, que l'on trouve un moyen de les soutenir, de les aider.
 Et c'est une chose très difficile parce que ce que vous voyez est ce que les gens fermés
leurs bouches et dire, OK, Mme van der Plas, j'en sais beaucoup plus, mais je ne suis pas
vais vous dire jusqu'à ce que je suis à la retraite parce que je suis toujours peur pour ma profession,
pour ma petite maison. J'ai des enfants. C'est au moment où la mentalité
aux Pays-Bas. Et cela me choque. Et je pense que les gens doivent venir
dehors, et les gens qui viennent doit être pris en charge. Nous devons dire, OK, lorsque vous
le nier, donnez - entendez sont des faits. Et quels sont vos faits?

C'est pour ça que nous sommes venus ici, parce qu'il y avait un écart entre les bits - que
dit-elle, oui, mais les Pays-Bas font beaucoup d'efforts dans de nouvelles lois et
des choses comme ça. Je ne nie pas que, je viens de voir ce qui se passe derrière le
écrans qui rend - c'est comme si vous peignez votre plafond blanc, mais le toit est -
a encore des trous, et l'eau se déverse po C'est tout le problème. Et comment pouvons-nous
trouver une solution pour cela?

REP. SMITH: Je voudrais ajouter n'y a pas de délai de prescription pour le viol et
exploitation des jeunes enfants. Comme je l'ai dit dans mon introduction, je ne peux pas penser à une
plus de crimes flagrants contre un être humain que le viol et que le viol d'un enfant.
Et nous savons avec les victimes que les cicatrices sont à vie, peut peut-être jamais
atténués, mais ils - nous devons être à leurs côtés, qu'il y a une justice pour les
ceux qui commettent ces crimes.

L'importance d'une audience comme cela est d'essayer d'apporter la lumière et la surveillance, au
tenter de convaincre le gouvernement néerlandais, qui est un proche allié des États-Unis,
qu'il s'agit d'une source d'embarras. Et si nous nous trompons, si cette information n'est pas
corriger, si c'est une grande conspiration, dont le but, je ne peux même pas
commencer à penser pourquoi, je veux dire, avant que nous décidions de le faire, nous avons fait notre raison
la diligence de notre côté. Et cela ne veut pas dire que nous devons absolument tout.
Mais c'est pour cela que nous avons demandé une enquête qui ira - qui ira
au-delà de l'(superficielle?). Et d'avoir un homme de stratus Klaas '- état, je
dois dire, un homme qui, vous le savez, qui a fait son affaire de mettre les criminels loin
pour la vie, vous savez, qui ont commis des crimes terribles, apporte une énorme
montant de crédibilité, comme le font tous. Et d'entendre les victimes elles-mêmes
est étourdissant.

En termes de ce que nous devrions faire, notre bureau TIP propres besoins - devrait être ici. C'est
pas. Je demande encore une fois ils se livrent à ce sujet. Peut-être qu'ils ont, et j'aimerais
pour voir les informations. Je voulais avant nous avons effectivement eu cette information. Notre
appel est pour le gouvernement, et j'espère qu'ils vont réagir et ils seront
indiquer si le procureur général prend cette place, qui - vous le savez, pour leur propre
raisons, parce qu'ils se soucient de la justice. Vous vous souciez - La Hollande est un
Etat de la législation du pays.

Et encore une fois, en ce qui concerne les niveaux, comme je l'ai déjà dit, nous n'avons pas mâché -
désignés nos meilleurs amis dans le monde qui sont à risque: Corée du Sud, avec
la menace dans le nord, Israël, qui est un - notre plus grand allié au Moyen-Orient
Est, à côté - la seule démocratie au Moyen-Orient était le niveau 3 au cours de la
L'administration Bush. Et j'ai toujours applaudi le courage de le faire.

Et je tiens à souligner, en passant, que ce projet de loi - et Cassie (sp) se souvient
car elle a travaillé avec nous pour aider à obtenir qu'il soit statué en premier lieu - a été
vigoureusement combattue par l'administration Clinton dans le dossier. Harold Koh sam.
où vous vous êtes assis - qui est maintenant avocat à l'État - ils ne veulent pas avoir l'
nommer de noms, car il est embarrassant; cela complique toutes les subtilités de la
art de gouverner. Et ils ne voulaient pas de sanctions. Mon argument est, tout le monde sera
d'accord, si tout cela se fait dans l'abstrait, pour combattre la traite; pas le cas quand
vous avez vraiment les appels de données, vous effectuez le travail dur et dire qu'il ya des gens -
victimes voulez - vous savez, comme M. B, qui - c'est pourquoi nous faisons cette loi, période.
Et ainsi de nommage est important. Et j'espère que le Bureau TIP prend un bon aperçu de
Ce chapitre ainsi que cela.

Enfin, je suis le représentant spécial de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE.
Je pense qu'il est de mon devoir en cette qualité pour soulever ces questions dans l'espoir que
très bien intentionnés et - les personnes engagées dans la règle de droit, dont on connaît le
Gouvernement néerlandais a, comme vous l'avez souligné, Mme van der Plas, il ya ces
policiers grandes qui sont frustrés - il suffit de faire les choses - vous savez, et nous sommes
essayer de former un certain soutien pour cela.

Quelqu'un d'autre? Oui.

Q: Je vous remercie, monsieur le président. Je HP Schreinemachers. Je suis conseiller pour
justice et affaires intérieures à l'Ambassade des Pays Bas.

Pour la petite histoire, je voulais faire un commentaire, s'il vous plaît, si vous me le permettez.
Et c'est que, contrairement à l'impression que le groupe spécial est donné
vous, les Pays-Bas prend la lutte contre le trafic sexuel impliquant des enfants très
au sérieux. Et nous aurions pu commenté si nous aurions été invités à cette
panneau. Mais ce n'est que nous avons protesté pas inclus dans ce unilatérale
panneau que vous soyez revenu lundi dernier nous offre la possibilité de demander à la
première question et envoyer dans une déclaration écrite. Eh bien, puisque vous demande simplement un
question ou de donner une brève remarque comme celle-ci ne compense pas la
unilatéralité, nous avons refusé de le faire. Nous n'avons, cependant, envoyer la lettre -
(Inaudible) - Le ministre de la sécurité et de la justice a envoyé à la hollandaise
Parlement, et je vous renvoie à leur disposition. Merci.

REP. SMITH: Puis-je vous demander, s'il vous plaît, si vous le voulez bien, était-il quelque chose que vous
entendu aujourd'hui qui vous a amené à repenser ce que peut-être il ya une très crédible
histoire ici?

Q: Je pense que je ne suis pas sur le panneau, donc ce n'est pas la façon d'aborder
questions à moi. Mais je - (inaudible) -

REP. SMITH: Non, c'est un give-and-take. Ce n'est pas une audience. Et vous avez le
étage, et je vous pose une question très sérieuse.

Q: Et je suis - j'étais en train de vous donner une réponse, mais je voulais
faire ce premier clair. Et c'est ce que l'information qui a été donnée
aujourd'hui - tout a été disponible. Et donc, je pense qu'il est bon que Mme
van der Plas a indiqué qu'elle va prendre cela - ce qui est maintenant un montant de
un procès public devant la cour d'appel, et je pense que c'est là où il appartient.
Merci.

REP. SMITH: OK. D'autres questions?

Tout ce que vous voulez dire, en somme, comme nous - avant de fermer?

MS. VAN DER PLAS: Je tiens à vous remercier ainsi que votre commission. Je
avoir une copie de ce que j'ai envoyé, mais - nous l'avons déjà donné, mais avec la pièce jointe.
Alors (il y a?) Une copie de cette - (inaudible) - rapport et de la lettre de Mme
- (Hors micro) - et je vous remercie beaucoup pour ce que vous faites en général pour le
acte lutte contre le trafic humain de 2001. Je l'ai lu sur Internet. Je pouvais
tout suivre. C'est très bon, excellent travail. Et j'ai même également entendu M.
Obama parle quand j'étais (à?) La conférence des Nations Unies qu'il s'agit d'un
nouvelle forme d'esclavage. Et merci beaucoup pour cet effort, l'accent
vous avez fait sur ce déjà depuis tant d'années, et nous entendons ici et que nous
pourrait apporter ici le problème que nous nous battons pour tant d'années déjà.
Merci.

REP. SMITH: Je vous remercie beaucoup. Et je dois dire que si les Pays-Bas
gouvernement souhaite, nous allons convoquer une seconde audition et vous invitons à
la table des témoins. Nous allons travailler sur une date, et je me réjouis à l'. Audition de
ajournée.

MS. VAN DER PLAS: Ce serait merveilleux, oui.
(FIN)

AVoir :
Pays-Bas: Une association pro-pédophilie menacée de dissolution.
Pays-Bas : La Charité de la Liberté et Parti de la diversité - Qui essayez-vous de tromper?
Pays-Bas : Affaire Amsterdam.
Pays-Bas : Temse Madeira Zandvoort 1998 Réseau.
Pays-Bas : Joris Demmink pédophilie?
Pays-Bas : Briefing : Ecoute des victimes de la traite sexuelle des enfants. (Fr)
Pays-Bas : Réseau Apollo.
Pays-Bas : Zandvoort : Le Réseau.