jeudi 15 décembre 2011

Jack Lang Pédophile ?


En 1977, Jack Lang signait une pétition publiée dans Le Monde appelant à libérer trois hommes ayant eu des relations sexuelles avec des mineurs.

En 1982, il est mis en cause dans l'affaire du Coral, affaire d'abus sexuels sur des mineurs de la DDASS.

En 1988, Jack Lang aurait participé à une affaire de pédophilie qui s'est déroulée dans le sud-est de la France. Un rapport des RG présenterait de telles conclusions suite à des écoutes téléphoniques.

En 1991, il déclarait à Gai Pied : « La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d'en aborder les rivages. »

En 1995 pendant des primaires socialistes pour la présidentielle, des soutiens de Lionel Jospin répandent les rumeurs sur ses prétendus penchants pédophiles.

En 2002, des rumeurs auraient été véhiculées par des partisans de Jacques Chirac. Ceux-ci lieraient Jack Lang à une affaire de tourisme sexuel avec des mineurs au Maroc.

9 octobre 2009. Révélation d'Yves Bertrand : un ministre pédophile n'a pas été inquiété

dans les années 80. C'est au cours de l'émission "Les Grandes Gueules" diffusée sur RMC les 27 novembre 2008 et 9 septembre 2009 que l'ancien directeur central des Renseignements généraux évoque un ministre soupçonné de pédophilie dans les années 80. Celui-ci n'aurait jamais été inquiété...


En 2010, il prend la défense de Roman Polanski, poursuivi pour crime sexuel sur une mineure de 13 ans. 

Jack Lang se retrouve embarqué à son corps défendant dans une sale histoire qui vient ajouter une nouvelle rumeur aux supposées activités pédophiles de l'ancien ministre, dont certaines sont exposées sur le Net depuis des années. Après les sombres histoires du Coral et la mystérieuse exfiltration secrète au Maroc suite à une partouze pédophile ayant mal tourné, c'est un quidam, Emmanuel Verdin, qui accuse maintenant l'ancien ministre d'avoir abusé de sa fille à au moins deux reprises dans les années 2000. 



Depuis quelques jours, une mystérieuse vidéo se répand sur le Net comme une traînée de poudre. On y voit un père, Emmanuel Verdin, tenir de graves propos accusant Jack Lang d'avoir commis des "viols en réunion" sur la petite Laureen, fille d'Emmanuel Verdin, alors âgée de 4 ans, lors de soirées pédophiles organisées sur une péniche parisienne dans les années 1999 et 2000. Outre ces deux soirées, Emmanuel Verdin fait également référence dans son témoignage à des voyages au Maroc et en Thaïlande, où la petite Laureen aurait été convoyée par sa mère et son compagnon de l'époque afin d'être livrée à des désaxés pédocriminels. 

Partouzes pédos pour bobos gauchos à QQ Coral

Claude Sigala et ses potes babas-cool du Coral militaient, entre autre, pour l'abaissement de la majorité sexuelle.
Claude Sigala et ses potes babas-cool du Coral militaient, entre autre, pour l'abaissement de la majorité sexuelle.
Alors, rumeur, intox, manipulation, mythomanie ou pas, espérons que la justice tranchera. En attendant, on ne prête qu'aux riches, et en matière de soupçons de pédophilie, il faut constater que Jack Lang est multimillionnaire: son nom est cité des dizaines de fois dans de multiples affaires déballées sur tout l'internet depuis des années, et il est vrai que les faits et témoignages rapportés dans certains dossiers ont de quoi troubler.

L'affaire la plus célèbre remonte à 1982. C'est celle dite du "Coral", un foyer pour jeunes handicapés basé à Aimargues, dans le Gard. A cette époque où l'idéologie soixanthuitarde tenait lieu de tables de la loi, les intellectuels militaient volontiers pour l'abaissement de l'âge de la majorité sexuelle. C'est dans ce contexte que le Coral recevait la visite notoire de nombreuses personnalités parmi lesquelles, outre Jack Lang, le philosphe René Schérer, l'écrivain Gabriel Matzneff, Frédéric Mittérrand... ainsi qu'un juge pour enfants du tribunal de Bobigny, aujourd'hui toujours en poste bien que des photos de lui en train de masturber un enfant de 11 ans aient été découvertes ! Au total, près de 340 personnalités(hommes politiques, artistes, journalistes, magistrats, policiers, prêtres...) auraient été impliquées de près ou de loin dans l'affaire Coral, dont on découvre par ailleurs aujourd'hui qu'elle a des ramifications avec d'autres affaires de pédocriminalité célèbres (Zandwoort, Dutroux, école en bateau...).

Sur le plan judiciaire, l'affaire Coral est un vaste déni de justice. Bien que de nombreuses photos d'activités pédocriminelles aient été saisies, et que de nombreux témoins aient affirmé avoir assisté à des scènes pédocriminelles au Coral, seuls une poignée de lampistes (dont le directeur du Coral, Claude Sigala) seront au final condamnés, en mars 1987, à quelques légères peines de prison, toutes assorties de sursis curieusement clément. Des peines ridicules au regard des faits, du nombre de personnes impliquées, et du scandale énorme que l'affaire avait provoqué à l'époque.

Il faut dire que, en 1982, nous sommes en pleine euphorie post élection mitterrandienne, et que le pouvoir voit naturellement d'un très mauvais oeil l'implication dans ce scandale de hautes personnalités, d'autant que la plupart des mis en cause affichent des sympathies socialistes. De là à envisager un étouffement volontaire de l'affaire par le pouvoir et ses serviteurs, le pas est d'autant plus vite franchi que des témoignages précis sont apparus sur cette affaire au fil des années:

Rumeurs en série depuis des années

Palace de la Mamounia: les puissants pédos ont bon goût !
Palace de la Mamounia: les puissants pédos ont bon goût !
En 1997 !

le capitaine Paul Barril, subordonné du Commandant Prouteau, créateur de la cellule anti-terroriste de l’Elysée, déclare en audience publique le 29 avril 1997 : « Je me rappelle qu’on nous avait alerté pour stopper l’enquête sur le réseau pédophile « Coral » à cause des personnalités mises en cause. »
Parmi ces personnalités présumées : Jack Lang, le ministre de la culture, mais aussi le neveu du président Mitterrand. Ce réseau Coral impliquait plus de 340 personnalités dans le monde politique, artistique, judiciaire et journalistique qui auraient abusé d’enfants handicapés et autistes. Coïncidence, le comité de soutien de Roman Polanski comprend plusieurs personnalités mises en cause dans le réseau Coral.



Une vidéo montrant Roger Holleindre accuser très violemment Jack Lang d'actes pédocriminels est diffusée et répliquée sur Internet par de nombreux internautes depuis des mois.
- Le 22/09/2005, l'Express publie un article sur la vie privée de Jack Lang faisant état de nombreuses rumeurs sur sa supposée pédophilie, basée sur des "blancs" des Renseignements Généraux.



- Au cours de l’émission « Les Grandes Gueules », diffusée sur RMC les 27/11/2008 et 09/09/2009,Yves Bertrand, ancien patron des Renseignements Généraux, évoque "un ministre soupçonné de pédophilie dans les années 80. Celui-ci n’aurait jamais été inquiété". Dans l'original manuscrit de ses Carnets, Yves Bertrand cite également nommément Jack Lang comme étant le ministre pris dans une partouze pédophile au palace La Mamounia, à Marrakech (Maroc) et ayant été exfiltré discrètement sur ordre de l'Elysée.

- En mai 2011, en pleine affaire DSK, Luc Ferry lâche sur le plateau du Grand Journal (Canal +) la bombe verbale qui lui a valu les foudres de toute la bien-pensance journalistico-politique: un"ancien ministre qui s'est fait poisser à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons (…) Probablement nous savons tous ici de qui il s'agit. (…) Je sais, je pense que je ne suis pas le seul (…) L'affaire m'a été racontée par les plus hautes autorités de l'Etat". Les faits et les dates des évènements étant identiques dans leurs récits, on peut imaginer que Luc Ferry et Yves Bertrand parlaient de la même personne. A noter aussi, dans cette même émission, le jeu de mots prononcé à mi-voix par Alain Duhamel, accusant Luc Ferry d'être "Mauvaise Lang".

- Ni Bertrand ni Ferry ne lâchent le nom à l'antenne, mais Arrêt sur images le fait sur son site dans
un article daté du 31/05/2011.
Entretenir une rumeur tout en faisant mine de se féliciter de l'existence de la loi interdisant de la relayer, c'est tout un art.
Admirons la manière Ferry: sur le plateau du Grand journal, le philosophe, ancien ministre de l'Education nationale, s'est félicité que la presse n'ait pas le droit de déballer toutes les rumeurs qui circulent sur la vie privée des politiques."Les journalistes ne peuvent pas dire les choses qu'ils savent. Et je pourrais vous donner beaucoup d'exemples que vous connaissez comme moi parce que vous tombez sous le coup de la diffamation !, a-t-il affirmé. Le problème c'est : est-ce qu'on veut une presse qui fait fi du principe de la diffamation et du respect de la vie privée, ou pas ? Est-ce qu'on veut une presse à l'américaine ou pas ? Nous n'en voulons à aucun prix, pour l'essentiel des journalistes que je connais."
Il donne ensuite un exemple : un "ancien ministre qui s'est fait poisser à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons (…) Probablement nous savons tous ici de qui il s'agit. (…) Je sais, je pense que je ne suis pas le seul (…) L'affaire m'a été racontée par les plus hautes autorités de l'Etat." 
Il sait que c'est "vrai", assure-t-il, d'ailleurs "le Premier ministre" le lui a dit picto
Avec ces accusations graves, floues, et "évidemment"sans la moindre preuve, Ferry évoque un encadré publié ce week-end dans Le Figaro Magazine, au sein du dossier consacré au silence de la presse et des politiques sur les affaires de vie privée.
"Il y a quelques années, des policiers de Marrakech effectuent une descente nocturne dans une villa de palmeraie où une fête bien spéciale bat son plein. Les participants, des Français, sont surpris alors qu'ils s'amusent avec de jeunes garçons", rapportait le magazine. Un ancien ministre aurait fait partie des adultes. "Le consul de France local est aussitôt avisé, qui informe à son tour l'ambassade à Rabat. L'affaire est rapidement arrangée et "l'excellence" libérée sur le champ." Après ces affirmations, qui si elles sont vraies sont gravissimes, le magazine s'arrête là. Et indique ingénument : "Faute d'éléments de procédure ou de témoignage, la loi nous interdit légitimement de nommer le personnage."
De quoi, ou de qui, parle-t-on ? Jusqu'ici, ni Le Figaro Magazine ni Ferry n'ont cité de nom. Voici donc le troisième temps: comme le souligne sur Twitter Guy Birenbaum, ces rumeurs avaient été évoquées, et "évacuées"par L'Express en 2005, dans un article entièrement consacré aux rumeurs sur la vie privée de Jack Lang. Il s'annonçait alors comme candidat potentiel à la présidentielle, et le magazine s'était employé à tester la solidité des rumeurs traînant sur son compte, en démontant la plupart et dénonçant les "calomnies" . Lang lui-même y rapportait qu'en 1995, des jospinistes l'avaient traité de "pédophile" : "C'était immonde. J'ai trouvé les deux personnages qui racontaient cela. Le premier a fait amende honorable. Le second, je ne lui parle plus."

Secrets et ragots

Par LEXPRESS.fr, publié le 22/09/2005
Jack et l'argent
«S'il a réussi à la Culture, c'est qu'il avait des budgets et il les obtenait par sa pugnacité», témoigne l'un de ses anciens collaborateurs. Jack Lang a toujours dépensé sans hésiter l'argent public pour la création. Ainsi, en 2000, il fit refaire à une designer une série complète de meubles destinés à la salle à manger du ministère, les premiers ayant été jugés inconfortables. On l'accuse aussi d'oublier des notes dans les restaurants. «Tout est parti d'un établissement de Blois où je ne n'étais jamais allé et qui a fait courir ce bruit, plaide-t-il. Des années plus tard, dans un banquet, des vignerons ont dit à ma femme: "On votera pour votre mari, même si on est de droite. Mais pourquoi ne paie-t-il pas au restaurant?" François Mitterrand m'a rassuré un jour sur ces ragots: "Ça n'influence que ceux qui sont déjà contre vous."» 
Lang à peine battu aux municipales, la mairie invita tous les Blésois, le 23 mars 2001, à un verre de l'amitié. Son successeur, l'UDF Nicolas Perruchot, refusa de régler la note (22 143,84 euros); le préfet puis le tribunal administratif le 28 juin dernier l'obligèrent à payer, mais il a fait appel. 
Dans son bureau parisien de la place des voges, en 2003.
Dans son bureau parisien de la place des voges, en 2003.
© J.-P. Guilloteau/L'Express
Lang est surtout accusé, depuis des années, d'avoir gardé pour lui, en toute légalité, les fonds secrets que Matignon dispensait, jusqu'à leur suppression par le gouvernement Jospin. En 1999, Jack Lang a traîné en justice Sophie Coignard et Alexandre Wickham, auteurs de L'Omerta française (Albin Michel), qui avaient évoqué cette assertion. Il perdit en première instance et gagna 1 franc de dommages et intérêts en appel. Et il protesta auprès d'Arnaud Montebourg quand il apprit que le député PS de Saône-et-Loire, pourfendeur des fonds secrets, témoignait au procès en livrant une description précise de ce mécanisme. 
Propriétaire d'un appartement place des Vosges depuis 1984, il a montré lors du procès comment il l'avait payé (2,7 millions de francs, par la revente d'un appartement du boulevard Saint-Germain et trois emprunts), levant le voile sur un patrimoine jusqu'alors bien opaque. «Je n'ai jamais passé une nuit dans un ministère: je trouve que ce n'est mentalement pas bon, explique-t-il. Mon grand-père était l'une des fortunes de Nancy. J'ai souffert à l'école d'être traité de "gosse de riches". Plus tard, on me soupçonna là-bas de posséder un bar louche à Paris. "Bar louche": j'ai toujours trouvé l'expression fascinante.» 
Témoignant au procès de «l'omerta», le journaliste Daniel Carton, citant un collaborateur de Michel Rocard, fixa à 120 000 francs mensuels les fonds remis au cabinet Lang par Matignon entre 1988 et 1991. Pour un conseiller de Lang, qui vit ces fonds de près, le montant fut de 30 000 francs à la Culture et de 85 000 francs quand l'Education s'ajouta au portefeuille - ministériel - du maire de Blois. «Je n'ai jamais gardé un centime pour moi», assure l'ex-ministre. La vérité est plus nuancée. «Lang ne s'en occupait pas, confie un proche. Deux tiers étaient distribués en primes: certains touchaient, d'autres pas, sans que j'aie su pourquoi. A l'Education, tout le monde percevait. Le dernier tiers allait aux faux frais du ministre, dont ceux de ses officiers de sécurité pour les séjours à Blois.» Mécanisme classique. Conseillère de Lang de 1981 à 1986, Odette Grzegrzulka déclara avoir reçu - à partir de 1983 seulement - 500 francs par mois en liquide Rue de Valois; rempilant de 1988 à 1993, elle ne toucha rien, puis perçut 2 000 francs en prime officielle quand, en 1992, Lang géra aussi la Rue de Grenelle. 
Jack et les «nègres»
Comme beaucoup d'hommes politiques, Jack Lang est accusé de faire écrire ses livres. «Je tiens mes manuscrits à disposition», réplique-t-il. Et de n'accepter comme muse récente que ce staphylocoque qui l'alita quinze jours: «J'ai décidé alors de rédiger un livre sur les idées à reprendre du modèle scandinave, ou bien une profession de foi en dix propositions.» Le résultat est Changer (Plon). Un éditeur confie la méthode Lang. «Il arrive avec une idée, jamais gratuite: il va écrire sur François Ier ou sur la Ve République parce qu'il a tel ou tel objectif politique. Un spécialiste ou des documentalistes font un "plâtre". Lang le lit, fait des remarques et le renvoie à "l'atelier" pour une deuxième version qui va ensuite chez l'éditeur. Ce dernier apporte ses retouches, puis, après un autre passage à ?l'atelier?, Lang met le vernis. C'est un peu comme Rembrandt et ses aides. Lang est perfectionniste, travaille beaucoup, fait des remarques. Il a une vraie culture personnelle, remarque un détail dans des archives, exige qu'il soit évoqué dans un passage du livre, qu'il trouve trop court et fait reprendre selon ses consignes.» Système efficace et habile: l'une de ses plumes avoue n'avoir jamais rencontré Jack Lang? Vrai travail, aussi, à défaut d'écriture totale. «Un jour, il est venu corriger son texte ici, se souvient un autre éditeur. On y a passé un temps infini, il a fallu faire livrer des plateaux-repas, puis d'autres car ils n'étaient pas à son goût?»
Jack et la calomnie
A part Dominique Baudis, aucun homme politique n'a tant subi de calomnies sur ses m?urs que Jack Lang. En janvier 1995, dans la rivalité au PS pour la présidentielle, des jospinistes font courir la rumeur. «Je me souviens d'une réunion place des Vosges où il était effondré, témoigne un proche. Il a dit: "Là, je n'en peux plus. De telles ignominies!"» «On m'a traité alors de pédophile, raconte Lang, parfaitement lucide sur ces ragots. C'était immonde. J'ai trouvé les deux personnages qui racontaient cela. Le premier a fait amende honorable. Le second, je ne lui parle plus.» «Je sais qu'il pense cela, répond ce dernier, qui fut ensuite conseiller de Jospin à Matignon. Il se trompe, je n'ai jamais rien dit.» 
En 1996, un «blanc» - document non signé - des Renseignements généraux fait allusion à une vraie affaire de pédophilie survenue en 1988 dans le sud-est de la France et évoque, avec force détails scabreux, le couple Lang, citant des écoutes téléphoniques que personne n'a jamais entendues et qui ont été, selon la note? détruites depuis. La hiérarchie policière n'accorde aucune crédibilité à l'assertion. Enfin, à l'approche de la présidentielle de 2002, quelques chiraquiens racontent une arrestation de Jack Lang au Maroc, dans une affaire de m?urs, suivie d'une exfiltration discrète organisée par l'Elysée. Pas la moindre preuve, mais les missiles anti-Jospin se préparent, que le 21 avril rendra caducs. «Le plaisir est important dans sa vie privée, conclut un proche, mais il est trop soucieux de la liberté d'autrui pour se livrer à quoi que ce soit d'illégal en la matière.» La capacité de Jack Lang à endurer ces rumeurs et à en parler lui-même, comme il l'a fait avec L'Express, témoigne en tout cas de sa détermination à aller au bout de l'aventure présidentielle. 
Au paragraphe suivant, L'Express citait la fameuse rumeur du Figaro et de Ferry. En la faisant démentir par un proche anonyme, de façon très générale : "A l'approche de la présidentielle de 2002, quelques chiraquiens racontent une arrestation de Jack Lang au Maroc, dans une affaire de mœurs, suivie d'une exfiltration discrète organisée par l'Elysée. Pas la moindre preuve, mais les missiles anti-Jospin se préparent, que le 21 avril rendra caducs. «Le plaisir est important dans sa vie privée, conclut un proche, mais il est trop soucieux de la liberté d'autrui pour se livrer à quoi que ce soit d'illégal en la matière.» La capacité de Jack Lang à endurer ces rumeurs et à en parler lui-même, comme il l'a fait avec L'Express, témoigne en tout cas de sa détermination à aller au bout de l'aventure présidentielle."

- ... et n'oublions pas les lyriques et imprudents propos de Jack Lang lui-même, confiés au magazine Gay Pied le 31/01/1991: "La sexualité puérile est encore un continent interdit. Aux découvreurs du 21ème siècle d'en explorer les rivages." 
Bien entendu, à chacun maintenant de se faire son opinion sur cette nouvelle "affaire" éclaboussant Jack Lang. Peut-être que le témoignage d'Emmanuel Verdin ne fait qu'ajouter la rumeur à la rumeur. Peut-être que les témoins qu'il cite n'existent que dans son imagination. Peut-être aussi, si ce n'est pas son imagination, que ces témoins indispensables à la manifestation de la vérité ne voudront pas parler. Peut-être. C'est possible, car chacun sait qu'on ne s'attaque pas à un personnage aussi puissant sans courir de grands risques.

Mais peut-être pas. Alors, pour le savoir, répétons qu'il convient désormais simplement que la justice fasse son travail.

Je n'ai plus (du tout) confiance en la justice de mon pays !

Aucune haute personnalité pédophile n'a jamais été condamnée en France !
Aucune haute personnalité pédophile n'a jamais été condamnée en France !
Le problème est que, en matière d'instruction des affaires pédocriminelles, les citoyens n'ont aujourd'hui plus aucune confiance en "la justice de leur pays". Trop d'affaires de ce type ont jusque là été étouffées. Trop de pièces à conviction ont mystérieusement disparu dans les bureaux mêmes des juges d'instruction. Trop de témoins importants se sont curieusement évaporés, disparus corps et biens quand ils ne se sont pas suicidés... parfois de plusieurs balles dans la tête.

Mais, aujourd'hui, les choses sont différentes. Car l'époque a changé. Internet est arrivé. L'information alternative, dérangeante, subversive, peut se diffuser et trouver une audience. Les "grands" médias ne sont plus les seuls à diffuser une information monopolistique que l'on est prié de gober bien sagement sans la remettre en question. Ce sont des citoyens du Net, organisés en un comité de soutien informel à Emmanuel Verdin, qui se sont les premiers emparés de l'affaire. Ce sont eux qui ont contribué à la médiatiser de blogs en sites de partage de vidéo, et à lui donner l'importance qu'elle mérite pendant que les médias mainstream continuent de faire la sourde oreille. 

Justice, police, médias: les citoyens du Net ont l'oeil sur vous !

Ces citoyens du Net, eux, en revanche et à la différence des médias institutionnels, sont libres, divers, curieux, indépendants, hermétiques aux pressions... et obstinés. Ecoeurés, scandalisés, révoltés aussi de constater qu'aucune affaire de pédocriminalité ayant impliqué des personnalités n'a jamais abouti, dans notre pays, à la moindre condamnation de l'une d'entre elles. Mieux, ils sont convaincus que le pouvoir et la justice ont toujours tout fait pour protéger et couvrir ces puissants désaxés.

Or, ces dénis de justice multiples en ce qui concerne ces affaires confinent au crime puisque les spécialistes et experts en criminologie savent que tous les criminels sexuels (pédophiles, violeurs, tueurs en série...) ont tous, sans aucune exception, été eux-mêmes victimes d'abus sexuels dans leur enfance. Les pédocriminels ne font donc en réalité - au delà des sophismes libertairesénoncés par certains pédomanes mondains pour justifier leurs vices - que perpétuer le cercle infernal de la criminalité sexuelle, et c'est bien pour cela que la société doit s'en protéger.

Aujourd'hui, dans ce climat pré-apocalyptique qui plane sur notre pays rongé par les affaires en tous genres, l'argent-roi et la corruption, ces citoyens du Net estiment que, en matière de pédocriminalité comme ailleurs, le temps du grand nettoyage est venu. Ils ont décidé de se lever et de combattre avec leurs armes - le Net en premier lieu, mais aussi leurs ordinateurs et leurs caméras - contre les puissants corrupteurs d'enfants. Ils veulent croire, cette fois, en la possibilité d'une enquête précise et complète, menée par des enquêteurs et magistrats honnêtes et intègres, soucieux du bien public plutôt que de la protection de leurs amis de partouzes.

Ces citoyens du Net, le pouvoir comme la justice auront désormais beaucoup de mal à les faire taire. En tout cas, ils veilleront à maintenir la pression jusqu'à ce que la Vérité - et la Justice - soient faites, sur cette affaire comme sur d'autres de même nature qui pourraient survenir. Ne serait-ce que par respect pour la mémoire d'une petite fille qui, du fond de sa tombe dans un cimetière de la Roche-sur-Yon, réclame de comprendre pourquoi elle est morte.

Jack Lang défenseur des droits ou défenseur des pédophiles?

A l’attention de Nicolas Sarkozy, Président de la république. Selon le Figaro, la nouvelle autorité du Défenseur des Droits pourrait être dirigée par Jack Lang. Ses attributions reprendront celles du Médiateur de la République, du Défenseur des enfants, celles de la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) ainsi que de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE). Si AIVI a salué l’élargissement des pouvoirs octroyés au nouveau Défenseur des Enfants au sein de cette structure, elle s’oppose catégoriquement à la nomination de Jack Lang comme Défenseur des Droits. Comment un homme qui affiche depuis plus de trente ans ses idées et soutiens pro-pédophiles pourrait il défendre les droits des enfants ?

Récemment, c’est Roman Polanski qui a trouvé en Jack Lang un fervent avocat. Polanski a photographié la nudité d’une enfant de 13 ans, avant de la droguer et de la sodomiser, sans oublier de lui dire de garder ce petit secret pour elle et de ne rien dire à ses parents. A l’exception du monde artistique, peu de français étaient prêt à soutenir ce pauvre Polanski, enfermé dans son chalet Suisse. Mais Jack Lang, d’interviews en plateaux télés a défendu son ami. Alors, s’il doit choisir demain entre un ami et un enfant violé, qui l’emportera ? Il est légitime de se poser la question.

Comment Jack Lang qui déclarait le 31 janvier 1991 à Gay Pied : "La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d’en aborder les rivages » peut-il avoir conscience du crime pédophile ? Comment fera-t-il tout simplement la différence entre le bien et le mal en la matière ?

Montons d’un cran : le capitaine Paul Barril, subordonné du Commandant Prouteau, créateur de la cellule anti-terroriste de l’Elysée, déclare en audience publique le 29 avril 1997 : « Je me rappelle qu’on nous avait alerté pour stopper l’enquête sur le réseau pédophile « Coral » à cause des personnalités mises en cause. » Parmi ces personnalités présumées : Jack Lang, le ministre de la culture, mais aussi le neveu du président Mitterrand. Ce réseau Coral impliquait plus de 340 personnalités dans le monde politique, artistique, judiciaire et journalistique qui auraient abusé d’enfants handicapés et autistes. Coïncidence, le comité de soutien de Roman Polanski comprend plusieurs personnalités mises en cause dans le réseau Coral.

Déjà en 1977, Jack Lang défendait ses amis pédophiles en signant une pétition publiée dans Le Monde appelant à libérer trois hommes ayant eu des 'relations sexuelles sans violence' avec des mineurs de moins de 15 ans, garçons et filles. En plus, ces trois hommes se sont amusés à photographier leurs 'jeux sexuels'. Tout cela n'était pas bien grave, selon les signataires... on y retrouve des politiciens (Jack Lang,), des médecins (Bernard Kouchner), des psychiatres et psychologues, des intellectuel-le-s (J-P Sartre, Simone De Beauvoir). Ces signataires défendaient alors un discours similaire à celui tenu aujourd'hui par des associations pro-pédophilie (NAMBLA aux USA, Paidika aux Pays Bas, ... en France ?) plaidant pour la décriminalisation de la pédophilie.

Voilà pourquoi nous demandons au Président de la République de ne pas nommer Jack Lang à la fonction de Défenseur des Droits. Face aux intérêts politiques en jeu, nos enfants sont bien plus importants.

Isabelle Aubry, Présidente AIVI
Source : http://aivi.org/fr/medias/communiques/1860-jack-lang-defenseur-des-droits-ou-defenseur-des-pedophiles.html

AVoir : 
Affaire Le Coral.
Affaire Emmanuel Verdin Victime.
Zandvoort - Coral Quand le magistrat français se déculotta pour abuser de Nordine.
Affaire de VERSAILLES (1977)
Les réseaux pédocriminels.
Membres des Réseaux - Le Grand Robert de la pédocriminalité.